artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image

English

Marie Reinert

One-woman band

Florence Ostende

Marie Reinert is an expert in infiltration. The artist erects sandcastles in building sites and breaks into corporate headquarters to derail the machine. A portrait to read while listening to Sabotage by The Beastie Boys. Let the infiltration begin!

I first met Marie Reinert a few years ago, in a Berlin street not far from her place. We talked a bit, not about her work as an artist but about sport, her athletics training when she was a teenager, the competitions she did between 11 and 18, discipline and the endurance of the body.

We met again later in Paris, in a café in Belleville. On the table, I caught sight of the book she was reading: a dictionary of urbanism. She was just back from Marseilles, exhausted by a long ‘journey’. She often uses this word ‘journey’; I thought she meant her last trip between Marseilles and Algiers on a boat belonging to the shipping company Marfret. Over the course of more than a year-and-a-half, several times Reinert went to Marseilles to film a Ukrainian crew’s sea journeys. Each trip lasted a week, during which the artist was alone with the men. Communication with the sailors was difficult, Reinert often encountering much resistance to her project. This residency in Marseilles led to the film Roll-On, Roll-Off (2010), named after the type of boat she worked on, which specialised in the transport of goods and engines on wheels. How to find her place on board? How to film these bodies at work? ‘I didn’t want to show the sailors as we expect them to be at work’, she says. ‘I was more interested in these fragmented bodies inside the boat. There are no outside shots. In Roll-On, Roll-Off, you get into the machine, into the unit. It’s a piece in praise of the motor!’

This latest film reasserts the importance of a recurrent motif in Reinert’s work: the investigation of fluxes (fluxes of men and fluxes of goods). It is often embodied by the container – a unit of measure fascinating for the artist because of its impact on our systems of production and transport. Made with footage shot in Marseilles’ docks, the short video Unité de transport (2010) follows, from the top a crane, a container’s movement. The film is looped, repeated like transportation over and over again. But Reinert’s work isn’t simply about examining fluxes, it’s also about infiltrating them, and about intervening in their organisation. In the film Gare du nord (2004), a static shot records human circulation on the station’s escalators at rush hour. The film stems from a performance in which several people stood motionless on the escalators, blocking the commuter in a rush who had to change his or her trajectory to avoid wasting time.

First underground infiltrations

Reinert enters functional spaces (and not only working spaces) to observe the way bodies cross and occupy them. Her first infiltrations go back to the late 1990s, when she was a student at the Arts Décoratifs in Strasbourg. Between two shows at the Théâtre National de Strasbourg, she introduced a series of posters entitled Chantier (1996, realised in collaboration with the artist Alexandra Sà). Mimicking TNS’s font and design, the posters announced building works at the theatre (which was then in the middle of an important refurbishment) and listed the architects, building enterprises and public works representatives as lead characters. In another mischievous infiltration, the artist broke into building sites on the streets of Paris, Strasbourg and Montreal to build sandcastles. She then presented a slide show of her playful constructions on barges and in the streets (Valeur ajoutée, 1997-2002). ‘It was really important’, she says, ‘to keep increasing the number of sandcastles, to keep accumulating them. This allowed me to go beyond a simple documentation of the action, and demonstrated a real engagement with building sites as a topic.’

Reinert’s infiltrating mania soon intensified. In 2005, she started another slide show: Infiltration, the result of a very slow process in constant evolution. She handed over her camera (always the same one, an argentic Panasonic) to company employees who agreed to photograph their working space, particularly the meeting rooms and other places of power and negotiation. They shot sterile empty spaces, white neon lights, a few plants, each architectural detail or bit of interior decoration suggesting a possible relation (or non-relation) to the human. ‘It was really important to commission the employees, to delegate the photographic act’, says the artist. ‘These images reveal how they want their company and their employers to be seen.’ Renewing this underground approach, the artist (herself, this time) broke into the premises of the company MATRA to shoot 40 pictures of the offices, abandoned when the branch was relocated (État de référence interne, 2007). These are ‘after work’ views, picturing stacked-up ring binders, desks vacated, heaps of chairs, computers piled up on the floor, grey, brown, black – it had been a swift exit.

Artist-in-residence

The ‘official’ residencies in various work places are perhaps the ultimate stage in Reinert’s infiltration strategy. They grant the artist the necessary time to study in depth the body’s positioning within a territory while allowing her to reflect on her own working method. ‘Unlike when I’m working in the studio’, she says, ‘I have to adapt my practice to the residence. It often requires a long immersion period. I have to constantly think about how to get access to spaces. Each residency is a journey in which I investigate the transformation of a body moving through a place and getting acquainted with it.’ The first step is to harvest and sample data in order to mark the body’s movements in a constraining environment, and analyse the territory in which it operates.

The artist had already used this type of method in the video Sur tes traces (2002), which recorded pedestrian traffic on a roundabout with white plaster lines – traces at once constrained and random. In Fouille (2007), the survey became much more scientific and precise. This video triptych was realised with two architects and an archaeologist from the MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) in Aix-en-Provence. Invited to the research centre, the artist, helped by the two architects, didn’t excavate an archaeological site per se, instead the archaeologist’s office. ‘We meticulously listed each object’, recalls Reinert, ‘with various equipment to measure, index, tag and wrap our finds.’ The two architects later realised a topographical view of these objects, looking very much like an urban plan. After this first experience, the artist continued to work with practitioners from very different fields (architects, work ergonomists, archaeologists and so on). The film Faire (2008) – realised for Rennes’ contemporary art biennial in 2008 – is the outcome of a residency at the regional archives in Ille-et-Vilaine. Reinert documented the movement of the archivists’ bodies to set up a choreography; she went back to her first loves, sport, dance and performance.

Extension of the shelves

After years as an athlete, the metal workshop at the Arts Déco and numerous nights spent at the theatre, it was a dance workshop at the Laboratoires d’Aubervilliers which, in 2002, gave a new direction to Reinert’s work. The artist started to get back in touch with an awareness of the body (hers and others') as a tool, beyond the sport ‘performance’. Invited by Arnaud Labelle-Rojoux at the art centre Le Plateau, Reinert realised the performance Les premiers prix (2003) alongside 17 dancers who were given the following instruction: ‘you are low-cost product consumers, you are an extension of the supermarket’s shelves. Put your head in the low-cost products’ shelf.’ The intervention took place in the supermarket ATAC during opening hours. Performers and spectators mingled with shoppers. Squatting bodies bent at bottom-shelf level looked for low-cost products, enslaved by their own consumerist gesture.

The collaboration with dancers continued in the video Négociation (2005). The camera hovers around two performers practicing the art of negotiation. Devoid of any kind of context, the piece highlights the body language of negotiation and the power relationship. Later, the performance Configuration approuvée en date du (2007) summed up the juncture between performance, endurance and ergonomics. Reinert and Marc Planceon moved about fifty desks around (the furniture having been reclaimed from the company MATRA), laying them out without pre-planned logic. The endurance of these two bodies lifting heavy weights generates violent shocks, the possible image of a very tense negotiation.

Intimate statistics

Following her residency in Marseilles, Reinert felt the need to move away from these investigations and start on a more intimate journey. Instead of carrying on examining working bodies in front of her camera, she wanted to examine her own, behind a machine. ‘It is possible to suggest the body’s presence behind the camera with the appropriate measurement tools’, she says. A long stay in her Berlin studio encouraged her to start thinking around the idea of the working tool and to try to come up with a method that would allow her to tackle her future journeys. Reinert then started to make prototypes of tools based on her own body’s measurements in order to shoot working spaces – a kind of subjective Modulor. ‘Everything I do must be useful in some way’, she says. ‘I make tools for my journeys.’

A recent series of works exemplifies this recent development and her attempt to create a measurement unit based on her body scale. Échelle 1 (2010) is a ruler made to her own dimensions and based on a land surveyor’s telescopic level. ‘I reproduce my own measurements and pervert the universal unit’, says the artist. Finger, elbow, ankle, her body parts are inscribed on this long ruler, which can be used, for example, to establish the scale of a shooting location. Reinert is concurrently working on a hypnotic series of graphite monochromes on tracing paper (Études geste, 2010). ‘The rhythm of the horizontal lines reproduces my own size’, she says, ‘but they also evoke a magnetic strip, or a saw wheel.’

The next step in her research: the making of mechanical tools from travelling tracks and articulated heads. She tried a prototype at an exhibition at the Maison Pop in Montreuil. Designed in collaboration with Guillaume Stagnaro, the machine moved on rails and surveyed a very art-specific territory: the exhibition space. A trace of graphite recorded the traffic of visitors in the gallery. Each time someone came in, the line thickened. In the end there were 90 horizontal lines, one for each of the exhibition’s 90 days. ‘It’s like a faux study of the exhibition’s activity’, she says. One starts to understand the Robert Musil quotation Reinert chose to head her artist’s statement: ‘these very personal events could be represented by the way they are spread throughout the city, with beautiful statistical curves’ (The Man Without Qualities, 1930-1942).

How to reproduce an event and to enter another logic than the event itself? Going from the intimate to statistics, from the body to the pavement, from the building site to the castle, from athletics to the land surveyor’s level, Reinert the one-woman band found her method: she has become the maker of her own working tools, in full control of their fabrication. Her work isn’t the representation of an infiltration, but a genuine infiltration, in 1:1 scale.

Screening of Roll On Roll Off
17/06/2010 - 6/07/2010
Palais de la bourse, Marseille

IMAGE CREDITS

Marie Reinert sur le tournage du film Roll-On, Roll-Off, 2010
Photo Pierre Armand
Courtesy of the artist

Marie Reinert (en collaboration avec Alexandra Sà), Chantier, 1996
Affiches, format 40 X 65, 500 exemplaires
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Valeur ajoutée, 1997-2002
Diaporama
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Infiltration, 2005-en cours
Diaporama de 73 photos (en cours)
Courtesy of the artist

Marie Reinert, État de référence interne, 2007
Série de photographies / diaporama
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Fouille, 2007
Installation vidéo sur 3 moniteurs
Invitation MMSH, Triangle France, la vitrine
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Faire, 2008
Film, 13mn, invitation Art to be, Archives départementales d'Ille et vilaine
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Les premiers prix, 2003
Performance, le lundi 20 janvier 2003, durée 1H, invitation Arnaud Labelle-Rojoux, Frac Ile de France, supermarché Atac
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Configuration approuvée en date du, 2007
Performance avec Marc Planceon, installation, Frac Ile de France
Courtesy of the artist

Marie Reinert (en collaboration avec Guillaume Stagnaro), Avancer-reculer-tracer, 2010
Machine Travelling
Production Maison Populaire, Montreuil
Courtesy of the artist

Français

Marie Reinert

Femme orchestre

Florence Ostende

Marie Reinert est experte dans l'art de l'infiltration. Des premiers châteaux de sable sur des chantiers de voirie aux infiltrations dans les grosses entreprises, Reinert fait dérailler la machine. Un portrait à lire en écoutant Sabotage des Beastie Boys. Et que l'infiltration commence !

Première rencontre avec Marie Reinert dans une rue berlinoise, il y a quelques années. Pas très loin de chez elle, il me semble. Nous échangeons quelques mots non pas sur son travail d'artiste mais sur le sport, ses entraînements d'athlétisme à l'adolescence, les compétitions de 11 à 17 ans, la discipline et l'endurance du corps.

Nous nous revoyons plus tard, dans un café de Belleville. J'aperçois sur la table le livre qu'elle est en train de lire, un dictionnaire de l'urbanisme. Elle revient de Marseille, épuisée par une longue "traversée". Elle utilise très souvent le mot "traversée", j'imagine qu'elle fait allusion à son dernier voyage en mer Marseille-Alger à bord de la flotte de la société Marfret. Pendant plus d'un an et demi, Reinert fait plusieurs séjours à Marseille pour filmer les traversées en mer d'un équipage de marins ukrainiens. Chaque traversée en mer dure une semaine en compagnie des hommes. La communication est difficile, beaucoup de réticence. La résidence marseillaise aboutit au film Roll-On, Roll-Off (2010) dont le titre fait référence au nom du bateau sur lequel elle travaille, bateau spécialisé dans le transport de marchandises et engins sur roue. Comment trouver sa place à bord, comment filmer ces corps au travail ? Reinert répond : "Je ne voulais pas montrer les marins dans leur fonction, mais plutôt des corps morcelés à l'intérieur du bateau. Il n'y a aucun plan extérieur, dans Roll-On, Roll-Off, vous entrez dans la machine, dans l'atome, c'est l'apologie du moteur ! "

Ce dernier film affirme un motif désormais récurrent, une recherche sur les flux (flux humains et flux de marchandises), notamment incarnés par le container, une unité de mesure qui fascine Reinert pour son impact sur notre système de transport et de production. À partir de rushs de tournage sur les docks de Marseille, la courte vidéo Unité de transport (2010) capte le déplacement d'un container filmé du haut d'une grue. L'action-déplacement se répète en boucle. Il ne s'agit pas seulement d'observer les flux mais de les infiltrer et d'intervenir sur leur organisation. Dans son film Gare du nord (2004), un plan fixe scrute les flux humains de circulation sur un escalier de la gare à l'heure de pointe. Le film est issu d'une performance durant laquelle plusieurs personnes immobiles sur les escaliers créent un obstacle au passage du voyageur pressé forcé de changer de trajectoire pour ne pas perdre de temps.

Premières infiltrations clandestines

Marie Reinert pénètre les espaces fonctionnels (pas seulement les espaces de travail) pour observer comment les corps les traversent. Les premières infiltrations remontent à la fin des années 1990, pendant ses études aux Arts Décoratifs de Strasbourg. Entre deux spectacles du Théâtre National de Strasbourg, une série d'affiches intitulée Chantier (1996, en collaboration avec l’artiste Alexandra Sà) se glisse dans la programmation. En imitant la même charte graphique que le théâtre, elle annonce le chantier du TNS alors en pleine rénovation avec architectes et entreprises de bâtiments et travaux publics comme acteurs principaux. Autre infiltration espiègle : l'artiste rentre par effraction sur des chantiers de voirie à Paris, Strasbourg et Montréal pour y faire des châteaux de sable. Sur la voie publique et sur des péniches, Reinert incruste sa Valeur ajoutée (1997-2002), un diaporama de photographies qui retracent les constructions ludiques de l'artiste. "Ce qui était important, dit-elle, c'était de multiplier le nombre de châteaux de sable, de les accumuler pour aller au-delà d'une simple documentation de l'acte et montrer une réelle implication avec le sujet du chantier."

L'infiltration-attitude va alors s'intensifier. En 2005, Reinert commence un autre diaporama intitulé Infiltration, un processus très lent car en constante évolution. Elle donne son appareil photographique (toujours le même, un Panasonic argentique) aux salariés d'entreprises qui acceptent de photographier leur lieu de travail et notamment, les salles de réunion et différents lieux de pouvoir et de négociation. Espaces vides aseptisés, éclairages immaculés, quelques plantes. Chaque détail architectural ou décoration intérieure suppose un possible rapport (ou non rapport) humain. "L'idée de passer une commande aux salariés, de déléguer la prise photographique est très importante. Ces photographies reflètent l'image qu'ils souhaitent véhiculer de leur propre entreprise et de leur employeur," explique Reinert. De façon tout aussi clandestine, elle rentre, cette fois-ci elle-même dans les locaux de la grande entreprise MATRA pour y réaliser une série de 40 photographies (État de référence interne, 2007) de bureaux abandonnés suite au déménagement d'une antenne. Des vues "après le travail" de classeurs empilés, bureaux vidés à la va-vite, chaises en tas, ordinateurs superposés au sol, du gris, du marron, du noir, le départ s'est fait dans l'urgence.

En résidence

Ultime étape de l'infiltration, les résidences désormais "officielles" sur des lieux de travail. Un temps nécessaire pour étudier en profondeur la place du corps dans un territoire, par la même occasion, sa propre méthode au sein de la résidence. "Contrairement à la pratique d'atelier, je dois penser en termes de résidence, un temps souvent long d'immersion. Je dois sans cesse réfléchir à comment on va m'ouvrir les portes, notamment des entreprises. Chaque résidence est une traversée dans laquelle j'explore la transformation d'un corps qui, lui aussi, traverse un lieu et apprend." "Une première étape consiste alors à récolter et prélever des données pour repérer les déplacements du corps dans un lieu contraint et analyser le territoire sur lequel ils opèrent. La vidéo Sur tes traces (2002) illustrait sans doute déjà un début de méthode en pistant le passage des piétons d'un carrefour par des lignes blanches de plâtre au sol, traces à la fois contraintes et aléatoires.

Avec Fouille (2007), le relevé devient beaucoup plus minutieux et scientifique. Il s'agit d'un triptyque de vidéos réalisées avec deux architectes et un archéologue de la MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l'homme d'Aix-en-Provence). Invitée dans un centre de recherche, l'artiste procède à la fouille non pas d'un site archéologique mais du bureau de l'archéologue qu'elle va excaver à l'aide de deux architectes. "Chaque objet était minutieusement répertorié grâce à un appareillage de mesure, de relevé, d’étiquetage et d’empaquetage.'' Les deux architectes réaliseront ensuite une vue topographique de ces objets ressemblant à s'y méprendre à une vue urbaine. De nombreuses collaborations avec différents corps de métier s'ensuivent (architectes, ergonomes du travail, archéologues, archivistes etc.). Réalisé pour la biennale d'art contemporain de Rennes en 2008, le film Faire (2008) est l'aboutissement d'une résidence aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine. Reinert a documenté le mouvement des corps des archivistes pour élaborer une chorégraphie non sans rappeler ses premières affinités avec le sport, la danse et la performance.

Extension du rayonnage

Après les années d'athlétisme, l'atelier métal des Arts Déco et d'innombrables nuits au théâtre, son passage aux ateliers de danse des Laboratoires d'Aubervilliers en 2002 donne une nouvelle impulsion à son travail : une reprise de conscience du corps en tant qu'outil au-delà de la performance sportive. Invitée par Arnaud Labelle-Rojoux et le centre d’art du Plateau, Reinert réalise la performance Les premiers prix (2003) aux côtés de 17 danseurs à qui elle donne la règle du jeu suivante : "Vous êtes consommateurs de premiers prix, vous êtes une extension du rayonnage. Mettez votre tête dans le rayon premier prix". L'intervention au supermarché ATAC dure une heure pendant les horaires d'ouverture. Les clients du magasin se mélangent aux performeurs et spectateurs de la performance. Les corps courbés et accroupis en bas des rayons cherchent les premiers prix, soumis dans leur geste consommateur.

La collaboration avec les danseurs se prolonge avec la vidéo Négociation (2005). Une caméra tourne autour de deux danseurs en train de s'adonner à l'art de la négociation. Vidé de tout contexte défini, il ne reste que la gestuelle et la mimique de la négociation et ses rapports de force. Plus tard, la performance Configuration approuvée en date du (2007) au Plateau consacre le point de jonction entre performance, endurance et ergonomie. Reinert et Marc Planceon déplacent une cinquantaine de tables (récupérées de l'entreprise MATRA) en les réagençant sans logique préalable dans l'espace. L'endurance des deux corps qui soulèvent les poids génère de violent chocs, possible image d'une négociation musclée.

Intimes statistiques

Suite à sa résidence à Marseille, Reinert ressent le besoin de se distancer de l'exploration pour une traversée plus introspective. Ce n'est plus le corps des travailleurs devant la caméra, mais bien le sien derrière la machine qu'elle souhaite explorer : "On peut suggérer la présence du corps derrière la caméra par des outils de mesure adaptés à celui-ci". Une longue période dans l'atelier berlinois l'incite alors à engager un processus de réflexion sur la question de l'outil de travail (et de son propre travail) pour essayer d'inventer une méthode qui lui permettrait d'appréhender ses prochaines traversées. Reinert commence alors à élaborer des prototypes d'outils à la mesure de son corps pour filmer les espaces de travail, une sorte de Modulor subjectif. "Tout ce que je crée doit avoir un sens utilitaire. Je fabrique des outils pour mes traversées".

Une récente série d'œuvres présente ses études en cours sur l'élaboration d'une unité de mesure spécifique à l'échelle de son corps. Premier outil, Échelle 1 (2010) est un mètre à sa mesure réalisé à partir d'un niveau de géomètre télescopique. "Je reproduis une déclinaison de ma mesure et détourne l'unité universelle.'' Doigt, coude, cheville, les parties de son corps sont reportées sur cette longue règle qui peut servir par exemple à déterminer l'échelle d'un tournage. Parallèlement, Reinert travaille à une série de calques au crayon graphite (Études geste, 2010), des monochromes gris anthracite hypnotisants : "Le rythme des lignes horizontales est calquée sur ma propre mesure mais on pense aussi à une bande magnétique ou à un disque métallique de découpe.

Prochaine étape de la recherche : la fabrication d'outils mécaniques de tournage à partir de rails de travelling et de têtes mécanisées. Elle teste un premier prototype à l'occasion d'une exposition à la Maison Pop de Montreuil. Conçue en collaboration avec Guillaume Stagnaro, une machine travelling (Avancer-reculer-tracer, 2010) se déplace sur un rail pour réaliser une étude d'un territoire spécifique à l'art, l'espace d'exposition : un marquage au crayon graphite garde en mémoire tous les passages des visiteurs dans l'espace. À chaque nouveau passage, la machine refait une ligne qui devient de plus en plus noire. Un capteur placé à l'entrée accumule le nombre de passage par jour, au total 90 lignes horizontales pour les 90 jours de l'exposition : ''un semblant d'étude de fréquentation qui n'en serait pas un,'' dit-elle. Je commence à comprendre la citation de Robert Musil en exergue de son texte d'intention : "De sorte que ces événements extrêmement personnels pourraient être représentés, dans leur répartition sur la ville entière, par de belles courbes statistiques" (L’homme sans qualités, 1932).

Comment restituer un événement et rentrer dans une autre logique que l'événement lui-même? De l'intime à la statistique, du corps au bitume, du chantier au château, de l'athlétisme au niveau de géomètre, Marie Reinert, femme orchestre, a trouvé sa méthode en devenant auteur de ses propres outils de travail et maîtresse de leur fabrication. Le travail de Reinert n'est pas qu'une image de l'infiltration mais une infiltration réelle, à échelle 1.

Projection de Roll On Roll Off
17 juin - 6 juillet 2010
Palais de la bourse, Marseille

IMAGE CREDITS

Marie Reinert sur le tournage du film Roll-On, Roll-Off, 2010
Photo Pierre Armand
Courtesy of the artist

Marie Reinert (en collaboration avec Alexandra Sà), Chantier, 1996
Affiches, format 40 X 65, 500 exemplaires
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Valeur ajoutée, 1997-2002
Diaporama
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Infiltration, 2005-en cours
Diaporama de 73 photos (en cours)
Courtesy of the artist

Marie Reinert, État de référence interne, 2007
Série de photographies / diaporama
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Fouille, 2007
Installation vidéo sur 3 moniteurs
Invitation MMSH, Triangle France, la vitrine
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Faire, 2008
Film, 13mn, invitation Art to be, Archives départementales d'Ille et vilaine
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Les premiers prix, 2003
Performance, le lundi 20 janvier 2003, durée 1H, invitation Arnaud Labelle-Rojoux, Frac Ile de France, supermarché Atac
Courtesy of the artist

Marie Reinert, Configuration approuvée en date du, 2007
Performance avec Marc Planceon, installation, Frac Ile de France
Courtesy of the artist

Marie Reinert (en collaboration avec Guillaume Stagnaro), Avancer-reculer-tracer, 2010
Machine Travelling
Production Maison Populaire, Montreuil
Courtesy of the artist

 
advertisement advertisement advertisement