artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image

English

Every town should have one

Martin Holman

With its solid institutions, artist-led galleries and nascent art market, Manchester has everything to become a thriving hub for contemporary art in the UK. A new Glasgow? It could well be, says Martin Holman.

Does Manchester, still synonymous with alternative popular culture in music, fashion and design, have a vibrant new art scene? With its near neighbour Salford, the city is at the centre of a conurbation of over two million people. The accent is on youth: together, Manchester and Salford recruit the country’s biggest student population. And each summer the two local university art schools graduate healthy numbers of new practitioners.

Yet the view persists that the city’s art world lacks the pulse to galvanise the elements that undeniably exist within it – artists, galleries, institutions and a fledgling commercial art market – into a momentum than excites practitioners and audiences alike. What is missing, some argue, is a sense of ‘something going on’.

Has it ever been otherwise? The quantity of artist-led projects has never been great at the critically important level and has never rivalled the alternative music scene for sheer turnover. The range, however, of the surge that existed around the start of the century was notable.

In the 2000s

Fifteen years ago, new curatorial partnerships were emerging that raised the temperature of high-end, explorative activity. The Annual Programme was started by ten Manchester artists co-ordinated by Martin Vincent and Nick Crowe. Each participant agreed to turn his or her home into a gallery and to show new work made by another in the group. It was sparked into life by the reaction of these artists to the absence from the British Art Show in 1995, which toured to the city, of any figures from the region.

The Annual Programme continued for five years until its principal movers themselves moved on. Apartment, co-run by artists Hilary Jack and Paul Harfleet, in a sense was its successor and had five years of imaginative projects in a one-room council flat in central Manchester before closing in 2009. Around the same time The Salford Restoration Office, the collaborative venture started by Manchester artist James Hutchinson in 2007, commissioned artists to work in public places, such as Jeremy Deller’s Procession through the city. It also set up a reading group dedicated to Karl Marx’s Das Kapital and devised other projects before its organisers moved away in 2009.

Manchester is a place from which artists have a habit of moving on. In that respect it is not unique; the situation is similar to most of Britain’s regional centres. The result is that initiatives are short-lived and, in very recent years, projects now closed have not been replaced at the same standard, let alone augmented.

Not far enough

A factor in this mobility is that a quiet market for new art outside London discourages entrepreneurs from becoming dealers while the artists who believe they can sell progressive work move to be nearer the collectors. David Mackintosh, a stalwart of The Annual Programme (and the subject of a one-man show this spring at Cardiff’s Chapter) has stayed in the city where, with David Osbaldeston, he has established a strong critical position. Nonetheless he senses that his career lags five years behind his contemporaries’ in the south east.

Perhaps geography is the clue. The Scottish capitals thrive as places where artists can practice. As well as having financial, commercial and social identities, they are far from London. A moot point but, as proximity to the national hub increases, greater is London’s magnetic pull on artists, and weaker the local art scene at the critical level, regardless of the institutions in place.

Glasgow’s strength is in considerable part attributable to artists, with the art school as common ground. Distance from London alone cannot account for Douglas Gordon, Roderick Buchanan, Toby Patterson, and now dynamic galleries such as Mary Mary and the Modern Institute.

Formative in the rebirth of the Scottish art scene, and explaining why its leading figures with international reputations have stayed in Glasgow, is the uniting force of a target. The 1990s generation reacted to the success of the Scottish figurative painters of the 1980s and this creative antagonism fostered an identity among gifted artists. It bore fruit in various ways and one was that artists opened galleries, which found a market, which added to the buzz and which drew more people to the art the artists were making.

Artist-led

There is little evidence of a comparable animus in Manchester. Instead two private galleries in Manchester stand out for their support of the cutting edge rather than the saleable: The International 3 and Bureau. Among those represented by The International 3 is Rachel Goodyear. Although she also has representation in London by Pippy Houldsworth, Goodyear expresses a commitment to Manchester where ‘it’s totally possible to be based and work ... and operate on a national and international network.’

The International 3 was set up in 2000 when its founders, Paulette Terry Brien and Laurence Lane, teamed up with Martin Vincent. Six shows of varying duration took place in its space near Piccadilly station in 2010 and the gallery also arranges events and works ‘off-site’. One of the most notable opened in Venice in 2003. With artist Pavel Büchler (a Manchester resident and research professor at the Manchester School of Art), they created the Manchester Pavilion, not a showing space but a bar-cum-meeting place ranked by many visitors high among the best parts of the biennale.

The gallery’s participation in art fairs abroad is now supplemented by organising one of their own in Manchester. The Manchester Contemporary brings to the city similarly-minded entrepreneurial galleries from the rest of Britain which occupy comparable territory between the commercial and the non-profit-making worlds. Arts Council England has backed these initiatives with funding while expecting the venues to build up their selling potential so that state support becomes unnecessary.

Selling is a tough assignment. A market for new art can hardly be said to exist in the north west. Interestingly, the fair’s latest edition pitched itself in a temporary structure in the middle of Spinningfields, one of the glass and steel work-live-shop-eat developments synonymous with the city centre’s construction-led regeneration since the early 1990s. With RBS, Barclays Corporate, HSBC and Deloitte as neighbours as well as flat-dwelling professionals and lawyers’ offices, the fair had thought carefully where to lay its bait.

Bureau shares the task of developing a market for new art. It moved to their small gallery on the edge of the Northern Quarter in 2009 after three years in Salford’s Islington Mill. Five artists are represented including Yorkshire-based Tim Machin. Machin propels everyday materials, like press cuttings and balls of Sellotape, from one use into another for which they seemed destined if only the right mind transformed them. A gallery wall scattered with tiny silhouettes of birds in flight, carefully cut from a book for bird-spotters, becomes the sky for this flock to wing through. His perceptiveness and light, lyrical touch form one of the surest, most resonant emerging practices in the north.

A room of one’s own

The availability of studios is a factor in artists’ decision to stay or go. The success from the 1980s onwards of ‘Madchester’, as the pop culture boom called itself, contributed to the difficulty in finding affordable spaces to rent as studios. The music scene, rise of the Gay Village and commodification of the Northern Quarter made city-centre living popular and property desirable to developers and buyers.

Managing to swim against the current is Rogue Artists’ Studios where sixty artists occupy two floors in a former factory across the road from Piccadilly Village, a recently completed residential estate not far from the city’s main station. More spaces exist in Salford: 20 at Cow Lane Studios, for instance, and nine at Manchester Artists’ Studio Association, one of the oldest-established.

A broader mix of tenants works at Islington Mill. Goodyear is one of the designers, printmakers, artists, producers and performers who rent well-made studios within a complex that includes an informal art academy, a bar and venue for alternative music highly regarded for its informed programming.

Backbone

Elsewhere on the spectrum are Manchester’s public galleries. Institutions provide continuity that underscores an art scene predicated on new approaches. As well as Manchester Art Gallery, the two cities have the Whitworth and the Lowry which both include contemporary art in their permanent collections. Two independent public galleries without collections, Cornerhouse and Castlefield Gallery, have acquired national reputations for temporary exhibitions since opening in the mid-1980s. A limitation for both is the awkwardness of their spaces. The Cornerhouse’s anticipated move in 2014 to new premises may remedy the physical drawback of the galleries in its current Victorian home.

A cause for optimism is the biennial Manchester International Festival. The programme is intentionally high-profile. Two years ago Marina Abramović’s performance had audiences performing group meditation exercises; visitors were awarded a certificate if they lasted the entire four hours. In a decision by festival organisers that some see as timid and others as building on past acclamation, Abramović returns in 2011 to work in collaboration with Robert Wilson.

The dark clouds on the horizon, however, emanate from the ‘current economic climate’. Some maintain that artists are most motivated by hard times. That’s as maybe, but today’s cautious spending will affect hopes of building a market for art among collectors. Arts Council England has cuts in store for its regularly funded clients while the Whitworth, as part of Manchester University, must weather huge reductions in government support for arts and humanities teaching.

But the University appears to take the long view. The Whitworth is regarded as an asset: it contributes to applicants’ decisions to choose Manchester, a critical detail with course funding now switching decisively from state to student through higher tuition fees.

Of all England’s regional cities, Manchester has the most fertile terrain for a sustainable new art scene. Whether that materialises will depend artists having places to work in and people to sell to. And a desire by all the key players to want to be different.

IMAGE CREDITS

Jeremy Deller, Procession, Manchester International Festival 2009 Photo credit: Tim Sinclair

Rachel Goodyear, Conversation, 2010 30 x 30cm Pencil on paper Courtesy of the artist and International 3

David Mackintosh, Drawing Frame Thing (detail), 2008 20’x18’x10’ 0ak framework and assorted drawings, gouache on coloured paper Photo credit: Simon Pantling.

Islington Mill Studios in Salford

Marina Abramovic Presents... Whitworth Art Gallery, Manchester International Festival 2009 Photos credit Joel Chester Fildes

Français

Chaque ville la sienne

Martin Holman

Manchester possède tous les atouts nécessaires pour jouer un rôle essentiel dans la cartographie de l'art contemporain au Royaume-Uni : elle possède de solides institutions, un réseau de galeries géré par les artistes et un marché de l'art naissant. Manchester suivra-t-elle l 'exemple de Glasgow ? Pour Martin Holman, la réponse est sans doute oui.

La ville de Manchester possède une riche scène culturelle alternative en musique, mode et design, mais qu'en est-il de l'art contemporain ? Collée à Salford, sa ville voisine, Manchester est au cœur d'une conurbation de plus de 2 millions d'habitants. Leur plus grande force : la jeunesse. Manchester et Salford réunissent la plus grande population d'étudiants du pays. Chaque été, un bon nombre de jeunes artistes sont diplômés des deux écoles d'art locales.

Malgré tous ses efforts, la scène artistique de Manchester souffre d'un manque de dynamisme qui l'empêche de stimuler les acteurs potentiels pourtant déjà actifs sur place (artistes, galeries, institutions et marché de l'art naissant) et de créer l'émulation nécessaire auprès du public et des professionnels. Pour certains, la vie à Manchester ne donne pas encore l'impression que "c'est là que ça se passe".

Les raisons de ce phénomène sont peut-être ancrés dans l'histoire de la ville : le nombre d'associations d'artistes n'a jamais vraiment réussi ni à décoller, ni à rivaliser avec la vitalité de la scène musicale alternative. C'est au début des années 2000 qu'une nouvelle énergie se fait sentir.

Les années 2000

Il y a quinzaine d'années, de nouvelles initiatives curatoriales remontent le niveau de qualité et d'expérimentation de la scène locale. Une dizaine d'artistes de Manchester lancent l'Annual Programme dont la coordination est assurée par Martin Vincent et Nick Crowe. Chaque participant doit temporairement transformer sa maison en galerie d'art et y exposer de nouvelles œuvres réalisées par un autre membre du groupe. Ce projet est né en réaction à l'absence d'artistes locaux exposés dans le célèbre British Art Show qui passe par Manchester en 1995.

L'Annual Programme dure cinq ans tandis que ses créateurs passent à autre chose. On pourrait presque considérer Apartment comme son successeur. Co-dirigé par les artistes Hilary Jack et Paul Harfleet, ce lieu va lui aussi développer pendant cinq ans une série de projets très originaux dans un appartement municipal situé en plein centre de Manchester, jusqu'à sa fermeture en 2009. À peu près au même moment, en 2007, l'artiste James Hutchinson (lui aussi de Manchester) lance l'association The Salford Restoration Office qui produit des œuvres dans l'espace public, tel que Procession de Jeremy Deller. Il met aussi en place un groupe de lecture consacré au Capital de Karl Marx et imagine de nombreux autres projets avant le départ des organisateurs en 2009.

Manchester est le genre de ville dans laquelle les artistes ne restent jamais très longtemps. Cela n'a rien d'original, c'est le cas de beaucoup d'autres villes de province au Royaume-Uni. Par conséquent, les initiatives restent éphémères et les projets qui ont cessé leur activité ces dernières années n'ont malheureusement pas été remplacés par le même niveau de qualité, et encore moins augmentés.

Ni trop loin ni trop près

Le marché de l'art est l'une des raisons principales de la mobilité des acteurs de l'art contemporain. Les entrepreneurs qui souhaitent ouvrir une galerie et devenir marchands sont découragés par la mollesse du marché une fois sortis de la sphère londonienne. Quant aux artistes, ils déménagent aussi pour se rapprocher des collectionneurs avec l'espoir de vendre plus facilement des œuvres moins calibrées pour le marché traditionnel. David Mackintosh, artiste fidèle de l'Annual Programme (et qui prépare une exposition personnelle au Cardiff's Chapter au printemps) tient à rester à Manchester, une position engagée qu'il défend coûte que coûte aux côtés de David Osbaldeston - même s'il sait que sa carrière a cinq ans de retard comparée aux artistes de sa génération qui ont choisi de vivre dans le sud-est.

Le problème est sans doute d'ordre géographique. Les grandes villes écossaises ont réussi à devenir des lieux actifs où les artistes peuvent vivre et travailler. Elles ont acquis une forte identité économique et sociale tout en étant loin de Londres. J'ai l'impression (et peut-être est-ce juste une impression) que plus on s'approche de la capitale, plus l'attraction magnétique de Londres sur les artistes est grande et plus la scène locale s'affaiblit, qu'importe la puissance du réseau institutionnel sur place.

Le succès de Glasgow est en grande partie dû aux artistes qui ont d'ailleurs tous l'école d'art comme point commun. Toutefois, l'éloignement de Londres ne suffit pas à expliquer la présence de Douglas Gordon, Roderick Buchanan, Toby Patterson dans une même ville et l'émergence de galeries actuellement très dynamiques comme Mary Mary et Modern Institute.

Le renouveau de la scène artistique écossaise et le profond attachement des grands artistes (aujourd'hui internationaux) à la ville de Glasgow s'explique par l'émergence, dans les années 1990, d'une cible commune : s'opposer à l'hégémonie des peintres figuratifs des années 1980. Ce phénomène de résistance unit à l'époque une génération d'artistes très talentueux sous une même identité. Les conséquences sont nombreuses et extrêmement bénéfiques. Les artistes ouvrent notamment des galeries et le marché répond rapidement présent ce qui renforce l'intérêt croissant du public pour le travail des artistes.

Initiative d'artistes

Ce contexte ambitieux n'est pas comparable à celui de Manchester où seulement deux galeries commerciales sont parvenues à se distinguer. The International 3 et Bureau soutiennent des artistes dont le travail pointu et exigeant ne correspond gère aux attentes du marché. Rachel Goodyear figure parmi les artistes représentés par The International 3. Bien que son travail soit déjà représenté à Londres par Pippy Houldsworth, Goodyear est très attachée à la ville de Manchester où "il est tout à fait possible de vivre et travailler... et maintenir un réseau national et international."

The International 3 est née en 2000 lorsque Martin Vincent rejoint l'équipe d'origine, Paulette Terry Brien et Laurence Lane. En 2010, la galerie propose une programmation de six expositions de durée variable dans leur espace près de la station Piccadilly et organise des événements "hors-les-murs". On se souvient du Pavillon de Manchester qui avait marqué les esprits à Venise en 2003 pendant la biennale. Réalisé en collaboration avec l'artiste Pavel Büchler (qui habite Manchester et travaille comme professeur chargé de recherches à la Manchester School of Art), le pavillon n'est pas un espace d'exposition mais une sorte de bar-point de rencontre pour les visiteurs de la biennale qui l'ont sélectionné comme l'un des temps forts de la manifestation.

La galerie participe aux foires étrangères et vient de franchir l'étape supérieure avec la création de sa propre foire d'art contemporain. Manchester Contemporary attire des galeries anglaises qui ont la même ambition commerciale et qui occupent le même territoire entre le public et le privé. L'Arts Council England a subventionné cette initiative et espère que les galeries arriveront bientôt à acquérir leur autonomie financière sans avoir besoin de l'aide de l'état.

Vendre est une dure mission. On ne peut pas vraiment dire qu'il existe un marché de l'art contemporain au nord-ouest de l'Angleterre. La dernière édition de la foire s'est déroulée dans une structure temporaire au beau milieu de Spinningfields, un quartier vivant et en plein développement, aux architectures de verre et d'acier à l'image des nouveaux chantiers qui, depuis le début des années 1990, régénèrent la vie du centre ville. Avec des voisins comme RBS, Barclays Corporate, HSBC, Deloitte mais aussi des professionnels de l'immobilier et des bureaux d'avocats, la foire avait stratégiquement choisi son emplacement pour appâter les poissons.

Bureau partage aussi la lourde tache de développer le marché de l'art contemporain local. Après trois années à Islington Mill à Salford, la galerie s'installe en 2009 dans un petit espace au bord du Northern Quarter. Tim Machin (qui vit dans le Yorkshire) fait partie des cinq artistes qu'elle représente. Machin transforme la fonction de certains matériaux quotidiens (coupures de presse, balles de scotch) de façon inattendue. Son style est léger et lyrique : des petites figures d'oiseaux en plein vol tapissent le mur de la galerie semblable à un ciel bleu traversé d'une volée de spécimens ici découpés dans un ouvrage d'ornithologie. Machin est l'une des valeurs sûres de la scène émergente du nord de l'Angleterre.

Une chambre à soi

La disponibilité des ateliers est un facteur crucial qui détermine la ville où les artistes vont choisir de s'installer. Le succès de "Madchester" dans les années 1980 (synonyme du boom de la pop culture dans la ville) n'a pas facilité la recherche d'espaces abordables pour la location d'ateliers. La vie en centre ville est devenue convoitée grâce au développement de la scène musicale, du Gay Village, du Northern Quarter. Le marché de l'immobilier a su séduire promoteurs et acheteurs.

Dans ce climat difficile, Rogue Artists’ Studios nage a contre courant : 60 artistes occupent des ateliers sur deux étages dans une ancienne usine située en face de Piccadilly Village, un lotissement résidentiel près de la principale station de la ville. À Salford, il y a encore plus d'espace disponible : 20 ateliers à Cow Lane Studios et neuf dans l'une des associations les plus anciennes de la ville, la Manchester Artists’ Studio Association.

À Islington Mill, la population des locataires est beaucoup plus variée. Goodyear fait partie des nombreux designers, imprimeurs, artistes, producteurs et performers qui louent des ateliers bien conçus au sein d'un ensemble de différentes structures dont une école d'art, un bar et une salle de concert de musique alternative très réputée pour sa programmation pointue.

Colonne vertébrale

Enfin, à l'autre bout du spectre artistique local résistent des lieux publics à vocation non commerciale. Ces institutions relayent et soutiennent l'approche singulière et novatrice des acteurs locaux. Les deux villes ont chacune leur lieu, Whitworth et Lowry qui sont similaires à la Manchester Art Gallery et possèdent de l'art contemporain dans leurs collections permanentes. Il y a également Cornerhouse et Castlefield Gallery, deux espaces publics indépendants qui n'ont pas de collection mais qui ont acquis, grâce à leurs expositions temporaires, une réputation d'envergure nationale depuis leur ouverture au milieu des années 1980. Les deux structures sont limitées par des espaces difficiles. Le déménagement de Cornerhouse prévu en 2014 dans un nouveau bâtiment devrait remédier aux inconvénients de leur espace d'exposition actuellement dans une maison victorienne.

La biennale du Manchester International Festival incarne un regain d'optimisme grâce à sa programmation de très grande qualité. Il y a deux ans, la performance de Marina Abramović invitait le public à faire des exercices de méditation en groupe ; les visiteurs qui parvenaient à tenir quatre heures entières gagnaient un certificat. Abramović revient en 2011 pour un nouveau projet en collaboration avec Robert Wilson : une décision prise par les organisateurs du festival que certains critiquent pour son manque de risque, reposant sur les acquis de la précédente édition.

Le "climat économique actuel" n'est pas sans cacher quelques nuages qui se profilent à l'horizon. Même si certains disent que les artistes sont plus forts en temps de crise, les budgets frileux affecteront tôt ou tard tout espoir de développer le marché de l'art local ainsi qu'un réseau solide de collectionneurs. L'Arts Council England compte diminuer son soutien financier à toutes les structures déjà subventionnées tandis que Whitworth, qui dépend de la Manchester University, va devoir survivre à d'énormes coupes budgétaires gouvernementales pour l'enseignement de l'art et des humanités.

L'université semble toutefois avoir conscience de son avenir. Whitworth est considéré comme un atout car il influence largement la décision de ceux qui s'inscrivent et qui choisissent Manchester comme leur ville d'étude, un détail désormais critique puisque le financement des cours ne sera plus à la charge de l'état mais de l'étudiant qui devra assumer des frais d'inscriptions plus élevés.

De toutes les villes de province, Manchester possède toutes les cartes en main pour devenir l'acteur d'une nouvelle scène artistique fertile et durable. Ce rêve pourra se concrétiser à condition que les artistes trouvent des ateliers où travailler et des gens à qui vendre leur travail. Enfin, il faudra que les principaux protagonistes aient le désir de changer de scénario.

IMAGE CREDITS

Jeremy Deller, Procession, Manchester International Festival 2009 Photo credit: Tim Sinclair

Rachel Goodyear, Conversation, 2010 30 x 30cm Pencil on paper Courtesy of the artist and International 3

David Mackintosh, Drawing Frame Thing (detail), 2008 20’x18’x10’ 0ak framework and assorted drawings, gouache on coloured paper Photo credit: Simon Pantling.

Islington Mill Studios in Salford

Marina Abramovic Presents... Whitworth Art Gallery, Manchester International Festival 2009 Photos credit Joel Chester Fildes

 
advertisement advertisement advertisement