artwork image

English

Isabelle & Jean-Conrad Lemaître

1983-2000

Isabelle Lemaître

Isabelle and Jean-Conrad Lemaître are now prominent collectors of video art, but their collection began some time ago, under the sun of Madrid in the 1980s and then amid the conviviality of Brussels. Isabelle Lemaître tells the collection’s story, an intimate compilation of anecdotes, encounters and parties.

‘Take this stain off my wall!’ This is more or less what I said to Jean-Conrad the first time he bought a contemporary painting in Madrid. It was a picture by Fernando Zobel, a Spanish artist he had discovered in Cuenca. Like the good husband he is, he gave the painting back to the gallery and three months later … bought the same one only three times bigger! That’s how our contemporary art collection started. We have, in fact, always been collectors, we first bought late 19th / early 20th century engravings, then 1930s illustrated books, and classical painting in New York in the late 1970s. But our passion for contemporary art didn’t start in New York, but in Madrid in 1983.

Calle Argensola

For Jean-Conrad, the discovery of the Museo de Arte Abstracto Español in Cuenca was an epiphany. He was also influenced by Soledad Lorenza, who worked at the Théo Gallery in Madrid. During summer 1983, he regularly went there and Soledad introduced him to the Spanish painting of the post-Franco years. Jean-Conrad had found a direction, a focus. He met the artists he discovered in Cuenca one by one, as well as all their dealers. One of the most memorable encounters was with the gallery owner Manolo Montenegro. His small gallery, with its lovely 1920s façade, was located in Calle Argensol. This place, like its owner, was to play an important part in our Madrid life. Manolo became a great friend. He showed Jean-Conrad an impressionist-looking little painting on wood by Jordi Teisidor that he kept aside for himself. An impassioned (and very French-sounding) Jean-Conrad soon convinced him to sell the painting! Jean-Conrad said, ‘wait here, I’m going to the bank to get the money. I’ll be right back.’ I can still picture a puzzled Manolo, who had never seen anyone so eager to pay! At that time, Spanish people were known to take ages to pay for their gallery purchases. They were not that many private collectors in Madrid and Jean-Conrad quickly became well known as a buyer of Spanish painting.

Jean-Conrad came home with Teixidor’s small painting tucked under his arm. I had it set up in an old-fashioned gilded framed with a blue velvet liner matching its colours. Manolo couldn’t quite get over the contrast between the frame and the painting, and loved the idea, but it was in fact only me demonstrating my reluctance to embrace contemporary art. We grew closer and closer to the Montenegro Gallery and greatly enjoyed our friendship with Manolo. We met the Golinelli, who also bought art and with whom we’re still friends, as well as the writer Agustin Gomez-Arcos, whose first books The Carnivorous Lamb, Maria Republica and Ana Non have been important in my understanding of Spain.

A way to stay alive

In Madrid, we befriended the painter José Guerrero. At seventy, he was incredibly energetic! José (aka Pepe) introduced us to the ‘Crazy woman’s garden’, a place which could have been designed by Facteur Cheval himself. He also introduced us to several of his friends from Cuenca. We learnt to know his work and Jean-Conrad bought a first picture by him at the Juana Mordo Gallery. In 1985, we acquired a small house in the village of Frigiliana, and in 1988, its old cinema. Pepe painted a very large picture that he gave us to celebrate our move. The doors were often open and people in the village used to say that if someone was to steal such a big painting, he wouldn’t go unnoticed! ‘No one has such an enormous picture around here’, they said.

I went to Grenada with Pepe for one of his exhibitions. He showed me around his hometown, in his neighbourhood, El Albaicin. The King himself officially opened the exhibition and I couldn’t help admiring his style, and his stunning figure in a perfectly cut suit. The King went around the show with Guerrero (bursting with pride in such illustrious company) and said cheerfully in front of the riot of colours: ‘No te falta el color, eh’, ‘You don’t lack of colours, do you?’ Guerrero was thrilled with the comment.

In Madrid, we started to entertain and to welcome artists at our place as we’ve now been doing for years. We both love to host dinners and parties, and dedicate a lot of time and energy to it. When people ask what interests us in the art of today, I answer that it’s to buy the art of tomorrow morning. We really enjoy the company of artists twenty years ahead of their time. Collecting isn’t about stockpiling, it’s about searching, discovering, questioning oneself – perhaps a way to stay alive.

Diversify the collection

We first moved to London in 1982. The house was always full of guests, and particularly of Spanish artists passing through London. When Pepe Espaliu came for a weekend to install his show at the Serpentine, he ended up staying a month at our place in Halsey Street. I took care of him as I would have done of one of my kids. Often depressive, he rarely went out and seemed to prefer the comfort of family life. Each time he was feeling down, he would tell me that he had an ulcer! Espaliu advised Jean-Conrad to diversify his collection, which at the time, was almost exclusively made of Spanish artists. He suggested selling some paintings and ‘to establish’ the collection with the addition of some better-known artists. Jean-Conrad started to collect English artists, mainly through Anthony d’Offay. He bought three pieces by Richard Long: the text Desert Flowers (1987, which we have lent a lot), the photograph Campsite in the Sierra Nevada 1985 (1985) as well as a Mudwork – a map of Africa made by the artist with his feet covered in mud. Jean-Conrad also bought a beautiful painting by the German artist Gerhardt Richter and a small sculpture by Carl André.

Years later, while in Madrid for Arco 2003, we were to go back the Reina Sofia. We had been following the museum’s transformation and were present for its opening before leaving the city in 1986. I was deeply moved to see Espaliu’s works in the retrospective the Reina Sofia organised to celebrate the ten years of his death. I fondly remembered the pieces he showed at the Serpentine in 1987, these wonderful leather shapes made in Cordoba. I also discovered the film of his performance The Nest (1983) realised for the Sonsbeek exhibition at Arnhem in Holland. And how emotional I felt watching a film he made during his action against AIDS! In this piece, his friends carry him throughout Madrid, he’s passed on, from hands to hands, looking exhausted. The weather is dull and sad, perfectly fitting the occasion. There’s an overwhelming feeling of humanity in this film. One can recognise Pepe Cobo, Juan Muñoz and Cristina Iglesias. I fought tears back. I was in London when he died and didn’t find out about it until long after, which affected me greatly.

We moved to Brussels in 1989 and regularly entertained in the house we bought and refurbished Rue Alfred Giron. We had many regulars: Dirk Snauwaert from the Palais des Beaux-Arts, Joël Benzakin and Philipe Braem who worked in Benzakin’s first gallery, Marie-Ange Brayer who lived in the neighbourhood, Alec de Busschère who was in charge of the art space Établissement d’en face, the artist Michel François and his wife Ann-Veronica Janssen as well as the French, Brussels-based artist François Curlet. All of them brought friends around. We threw unforgettable parties, most notably in 1991 and 1993 for Brussels’ art fair, which was a biennial then.

First Belgian purchases

From these early days in Brussels, I remember a small work by Michel François, a red cube of wax with a ball of string that Eric Noirhomme, from the Isy Brachot Gallery, first showed us. Later, Jean-Conrad was to buy a seminal work by the same artist, the sponge and soap, but his first important purchase in Brussels (at the Brachot Gallery) was Marcel Broodthaers’ photo print on canvas Pot Moule Cœur (1967). Alfred Pacquement borrowed it for the Broodthaers solo exhibition he organised at the Jeu de Paume and which toured to the Reina Sofia. In 1992, we bought from Joël Benzakin a beautiful little exotic wood tray by François Curlet. We soon met Xavier Hufkens and regularly went to his first gallery. Sometime later, we bought from him at a fair a Polaroid by the American James Welling. As I speak Spanish, Xavier asked me to join him to Arco to give a hand on his booth. I happily accepted, as I did, two years in row, for the Lisson Gallery and before with Manolo Montenegro at Arco and Fiac. This was where I met the writer Jorge Semprun, then minister of culture. He was walking around the booths of the Spanish galleries invited that year. I keep a very fond memory of these few minutes spent chatting with such a wonderful man – his charisma and beautiful eyes are impossible to forget.

Many artists moved to Brussels at that time. First because life was cheaper there, and it was easy to rent studio spaces, but also because Jan Hoet was curator of the Documenta to come in Kassel and Belgium was quickly becoming the centre of attention. These years in Brussels were really exciting. Joseph Kosuth, who was preparing an exhibition on Wittgenstein at the Palais des Beaux-Arts, bought a 17th Century house in Ghent. He kept saying that he wouldn’t have found anything like this in the States. We regularly went to see exhibitions in Antwerp and befriended Frank Demaegt, the owner of Zéno X, the gallery of Luc Teuymans and Patrick van Caeckenbergh.

Collecting emotions

In Brussels, we often had Patrick van Caeckenbergh for dinner. As he lived close to Ghent, he usually stayed for the night. He was shy and withdrawn, we had often to wait until the early hours for him to start talking. It’s only after many drinks that he launched into incredible stories. Jean-Conrad, who had to go to work early in the morning, didn’t dare to stop him and the evening could easily continue until 4am! Patrick brought us small works, most notably a biscuit box filled with the text of Monsieur Teste by Paul Valéry. Jean-Conrad bought the turtle collage that we would later lend for an exhibition at the Palais des Beaux-Arts and at the CCC in Tours. I remember his early works, the horse made with food jars, and the artist’s hat. The hat was shown at the Tate for the Abracadabra exhibition, which borrowed its title of another show in Belgium. It was for this occasion that Caeckenbergh displayed the House of Cards (1993) that Jean-Conrad bought. He has just donated it, through Alfred Pacquement, to the Centre Pompidou.

Patrick invited us to an unforgettable diner. I remember his homemade armchairs that we were to be found later in a show at the Fabienne Leclerc Gallery in Paris. He must have cooked for at least two days, the menu was an extraordinary red soup and a cabbage dish – by no mean the lightest choice! We regularly went to his studio that I used to find fascinating because it didn’t have anything special. I always fantasize about artists’ studios being very messy, full of sketches, brushes and weird tools, but Patrick works on a small desk, with a few pencils and loads of pairs of scissors for his cuttings. He showed us his numerous encyclopaedias – he often bought the same volumes, the ones he loved to cut up most!

I started to buy young artists’ work with my own budget in Brussels in 1991. My first purchase was a photograph by Christian Boltanksi from the Ghislaine Hussenot Gallery. Considering the piece’s value, it was an important step for me. I had discovered Boltanski’s work in an extraordinary exhibition in 1987 at the Reina Sofia. The show had white sheets aligned on shelves, and, in another room, the shadows of little silhouettes projected on the wall. I’ve never forgotten the magic of these figures dancing in the Reina Sofia’s severe gallery. I probably like the photograph by Boltanski less than the emotion he made me feel in Madrid. Recently a kind (and rather inquisitive) gentleman asked me: ‘what do you collect?’ I answered straight away: ‘emotions’ and added softly: ‘but perhaps memories too…’.

Français

Isabelle & Jean-Conrad Lemaître

1983-2000

Isabelle Lemaître

Isabelle et Jean-Conrad Lemaître sont aujourd’hui connus pour leur collection de vidéos d'artistes. Mais celle-ci commence bien avant, dans les années 1980, sous le soleil madrilène et dans la convivialité bruxelloise. Isabelle Lemaître raconte une histoire sensible faite d'anecdotes, de rencontres et de fêtes !

"Enlève cette tache de mon mur!" Voilà à peu près ce que je dis à Jean-Conrad la première fois qu’il achète un tableau d’art contemporain à Madrid. Il s’agit d’une peinture de l’artiste espagnol Fernando Zobel découvert lors d’une visite à Cuenca. En bon mari, il rend le tableau à la galerie, et trois mois plus tard, il rachète le même… en trois fois plus grand ! Et voilà comment commence une vie de collectionneur... En fait, nous avons toujours collectionné, nous avons d’abord acheté des gravures fin XIXème-début XXème, puis des livres illustrés des années 1930 et de la peinture classique à New York à la fin des années 1970. Mais curieusement, notre intérêt pour l’art contemporain ne débute pas à New York, mais à Madrid en 1983.

La rue Argensola

Pour Jean-Conrad, la découverte du Museo de Arte Abstracto Español de Cuenca est une révélation. L’autre source d’influence est Soledad Lorenzo qui travaille à la galerie Théo. Pendant l’été 1983, Jean-Conrad y fait de fréquentes visites et Soledad lui donne les bases de la peinture espagnole de l’après-franquisme. Il trouve alors le fil conducteur de sa recherche : il retrouve un à un les artistes qu’il a découverts à Cuenca et les galeries qui les représentent. La rencontre avec le galeriste Manolo Montenegro est mémorable. Cette petite galerie à la charmante façade des années 1920 est située dans la rue Argensola et jouera, tout comme son propriétaire, un grand rôle dans notre vie madrilène. Manolo, qui deviendra un grand ami, montre à Jean-Conrad une petite peinture sur bois assez impressionniste de Jordi Teixidor qu’il gardait pour lui. Devant les arguments convaincants de Jean-Conrad, déjà fort passionné et à l’accent bien français, il consent à la lui vendre. Jean-Conrad se décide vite et dit à Manolo : "Attendez, ne bougez pas, je vais chercher l’argent à la banque et je reviens tout de suite." Étonnement de Manolo qui n’a jamais vu quelqu’un qui tient à s’acquitter de sa dette aussi rapidement ! Les Espagnols sont connus à l’époque pour mettre un temps fou à régler leurs achats dans les galeries. Il y a peu de collectionneurs privés à Madrid et Jean-Conrad devient vite connu pour acheter de la peinture espagnole.

Jean-Conrad revient avec la petite peinture de Teixidor sous le bras. Je la fais encadrer à l’ancienne avec un cadre doré plutôt chargé et une Marie-Louise en velours bleu du même ton que le tableau. Manolo n’en revient pas du contraste et adore ce parti pris, qui n’est en fait que l’expression de ma résistance à me lancer dans l’art contemporain. Notre relation avec la galerie Montenegro devient assidue et l’amitié avec Manolo délicieuse. Nous rencontrons les Golinelli qui achètent un peu et avec lesquels nous sommes toujours amis et l’écrivain Agustin Gomez-Arcos dont les premiers livres, L’Agneau Carnivore, Maria Republica et Ana Non seront une grande découverte de l’Espagne pour moi.

Un moyen de rester vivant

À Madrid, nous devenons amis avec le peintre José Guerrero, un artiste d’une énergie incroyable pour ses soixante-dix ans ! José (dit Pepe) nous fait visiter "Le jardin de la folle", un lieu que n’aurait pas renié le Facteur Cheval, puis nous présente plusieurs amis vivant à Cuenca. Nous découvrons sa peinture et Jean-Conrad se décide pour un premier tableau à la galerie Juana Mordo. Par ailleurs, nous achetons une petite maison en 1985 dans le village de Frigiliana, puis l’ancien cinéma du village en 1988. Pepe peint un grand tableau qu’il nous donne pour notre installation. Nous laissons souvent les portes ouvertes. Les gens du village nous expliquent que si quelqu’un emportait un tableau de cette taille, on le remarquerait dans la rue. Et d’ajouter : "Personne n’a de tableau aussi grand ici !"

J'accompagne Pepe lors d’un voyage qu’il fait à Grenade pour une exposition. Il me fait découvrir sa ville natale et son quartier, El Albaicin. Son exposition est inaugurée par le roi en personne dont j’admire la prestance et le dos magnifique dans un costume parfaitement coupé. Le roi fait le tour de l’exposition avec Guerrero, fier de cette illustre compagnie, et s’exclame gaiement devant cette explosion de couleurs : "No te falta el color, eh", "tu ne manques pas de couleurs, toi !" Guerrero est enchanté de la phrase.

Nous commençons à ouvrir notre maison de Madrid comme nous le faisons depuis plus de vingt ans pour l’art contemporain et invitons des artistes. Tous les deux, nous aimons énormément recevoir, nous y consacrons beaucoup de notre énergie. Et quand on nous demande ce qui nous intéresse dans l’art d’aujourd’hui, je réponds : "acheter l’art de demain matin". Nous apprécions la compagnie des artistes qui sont en avance de vingt ans sur leur temps. Collectionner n’est pas accumuler, c’est chercher, découvrir, se remettre sans cesse en question. Peut-être un moyen de rester vivant.

Diversifier la collection

Nous nous installons à Londres pour la première fois en 1982. La maison est constamment remplie d'invités, notamment les artistes espagnols de passage à Londres. Pepe Espaliu doit venir pour un week-end pour préparer son exposition à la Serpentine Gallery et reste finalement un mois chez nous à Halsey Street. Je m’occupe de lui et le nourris comme je le fais pour mes enfants. Assez dépressif, il sort peu et semble apprécier la vie de famille. Quand il n’est pas bien, il me dit qu’il souffre d’un ulcère ! Espaliu conseille à Jean-Conrad de diversifier sa collection qui à l’époque ne contient pratiquement que des artistes espagnols. Il lui suggère d’en vendre et de "poser" sa collection en acquérant des artistes plus établis. Jean-Conrad se met alors à acheter des artistes anglais, notamment chez Anthony d’Offay. Il acquiert trois œuvres de Richard Long : le texte Desert Flowers (1987, que nous avons beaucoup prêté), la photographie Campsite in the Sierra Nevada 1985 (1985), puis un mudwork, la carte de l’Afrique faite avec ses pieds trempés dans la boue. Jean-Conrad achète aussi une belle peinture de l’artiste allemand Gerhardt Richter et une petite sculpture de Carl André.

Des années plus tard, en 2003, lors de notre passage à Madrid pour Arco, nous retournerons au Reina Sofia dont nous avions suivi les travaux de transformation, puis assisté à l’ouverture avant notre départ de Madrid en 1986. Découvrir les œuvres d’Espaliu lors de la rétrospective du Reina Sofia organisée pour les dix ans de sa mort m’émeut alors profondément. Je revois avec plaisir son travail montré à la Serpentine Gallery en 1987, ces magnifiques formes en cuir manufacturées à Cordoue. Je découvre aussi le film de la performance appelée Le Nid (1983) réalisé à l'occasion de l’exposition de Sonsbeek à Arnhem en Hollande. Mais surtout, quelle émotion devant le film réalisé pendant son action contre le sida. On y voit ses amis le porter dans Madrid, il passe de mains en mains, l’air épuisé. Le temps triste et maussade s'accorde à la circonstance. On sent beaucoup d’humanité dans ce film. On reconnaît Pepe Cobo, Juan Muñoz et Cristina Iglesias. J’en ai eu les larmes aux yeux. Étant à Londres, je n’avais même pas su à l’époque quand il est mort, ce qui me désole profondément.

Nous partons vivre à Bruxelles en 1989. Dans la maison de la rue Alfred Giron que nous avons achetée et refaite, nous accueillons aussi beaucoup le milieu de l'art contemporain, Dirk Snauwaert du Palais des Beaux-Arts, Joël Benzakin, et Philippe Braem qui travaille dans sa première galerie, Marie-Ange Brayer qui habite notre quartier, quelques artistes comme Michel François et sa femme Ann-Veronica Janssen, Alec de Busschère qui s’occupe de l’espace Établissement d’en face, et l’artiste français installé à Bruxelles, François Curlet. Tous nous amènent leurs amis. Nous donnons de grandes fêtes inoubliables, notamment en 1991 et 1993 à l'occasion de la foire d’art contemporain de Bruxelles, une biennale à l’époque.

Premiers achats en Belgique

Je me souviens en arrivant à Bruxelles d’un petit travail de Michel François, un cube de cire rouge contenant une grosse pelote de ficelle que nous montre Eric Noirhomme à la galerie d’Isy Brachot. Plus tard, Jean-Conrad achète une œuvre mythique de l’artiste, l’éponge et le savon. La première œuvre importante qu'il acquiert à Bruxelles (à la galerie Brachot) est une photo impression sur toile de Marcel Broodthaers, Pot Moule Cœur (1967). Alfred Pacquement nous l'empruntera pour l'exposition monographique de Marcel Broodthaers qu'il organisera au Jeu de Paume et qui sera ensuite montrée au Reina Sofia. En 1992, nous achetons à Joël Benzakin la très jolie petite cagette de marché en bois exotique de François Curlet. Nous rencontrons très vite Xavier Hufkens et allons régulièrement dans sa première galerie. Nous lui achetons plus tard dans une foire une photographie Polaroïd de l’artiste américain James Welling. Comme je parle espagnol, Xavier me demande de venir à Arco pour l’aider dans son stand. J’accepte volontiers, je l’avais déjà fait deux années de suite pour la Lisson Gallery et auparavant pour Manolo Montenegro à Arco et à la Fiac. C’est là que je rencontre l’écrivain Jorge Semprun, à l’époque ministre de la culture, qui parcourait les stands espagnols invités cette année-là. Je garde un souvenir ému de ces quelques minutes passées à bavarder avec cet homme magnifique dont le charisme et le regard sont inoubliables.

À cette époque, beaucoup d’artistes viennent vivre en Belgique. D'abord parce que le coût de la vie est moins cher qu’ailleurs et la location des ateliers plus intéressante. Ensuite parce que Jan Hoet est commissaire de la prochaine Documenta de Kassel et que tous les regards se tournent vers la Belgique. Ces années à Bruxelles sont bien remplies. Joseph Kosuth qui prépare une exposition sur Wittgenstein au Palais des Beaux-Arts achète une maison du XVIIème à Gant. Selon lui, il n’aurait rien trouvé d’équivalent pour ce prix-là (et de cette époque !) aux États-Unis. Nous allons régulièrement voir des expositions à Anvers et devenons amis avec Frank Demaegt, le propriétaire de Zéno X, la galerie de Luc Teuymans et de Patrick van Caeckenbergh.

Collectionner les émotions

À Bruxelles, nous invitons souvent Patrick van Caeckenberg à dîner. Comme il habite près de Gant, il reste parfois dormir à la maison. Timide et renfermé à l’époque, il faut souvent attendre des heures indues pour qu’il s’ouvre et commence à parler. De nombreux verres plus tard, il se met à raconter des histoires géniales. Jean-Conrad, qui travaille souvent tôt le lendemain matin, n’ose pas l’interrompre. La soirée peut se prolonger jusqu’à quatre heures du matin ! Patrick nous apporte de petites réalisations, notamment une boîte à biscuits contenant le texte de Monsieur Teste par Paul Valéry. Jean-Conrad achète le collage des tortues que nous prêtons plus tard pour une exposition au Palais des Beaux-Arts et au CCC à Tours. Je me souviens de ses premiers travaux, le cheval fait avec des bocaux de nourriture et le chapeau de l’artiste. Ce dernier est montré à la Tate Gallery lors de l’exposition Abracadabra, titre repris d’une exposition en Belgique. C’est au vernissage de celle-ci qu’il expose House of Cards (1993) que Jean-Conrad achète et qu’il vient d’offrir au Centre Pompidou par l’intermédiaire d’Alfred Pacquement.

Patrick nous invite chez lui à un dîner mémorable. Je me souviens des petits fauteuils du salon confectionnés par ses soins et que nous retrouvons à Paris lors d’une exposition à la galerie de Fabienne Leclerc. Il prépare tout le dîner qu’il a cuisiné pendant au moins deux jours : une soupe rouge extraordinaire et un plat avec du chou. L’ensemble n’est pas vraiment léger d’ailleurs! Nous visitons régulièrement son atelier qui me fascine parce qu’il ne renferme rien de spécial. J’imagine toujours un atelier d’artiste très en désordre, plein de dessins préparatoires, de pinceaux ou d’instruments extraordinaires. Mais non, Patrick travaille sur un petit bureau avec seulement quelques crayons et des tas de paires de ciseaux pour ses découpages. Et il nous montre ses encyclopédies dont il rachète régulièrement les mêmes tomes, ceux qu’il découpe le plus volontiers.

Je commence à acquérir de jeunes artistes avec mon propre budget à Bruxelles en 1991. Mon premier achat est une photographie de Christian Boltanski à la galerie Ghislaine Hussenot. Un achat important pour moi vu sa valeur. J'avais découvert le travail de Boltanski au Reina Sofia à Madrid lors d'une exposition magique en 1987, du linge blanc rangé sur des étagères et dans une autre pièce, les ombres de petites silhouettes projetées sur le mur. Je n’ai jamais oublié la féerie de ces silhouettes dansantes dans la sévérité de cette salle du Reina Sofia. J’aime finalement un peu moins la photographie de Boltanski que l’émotion que j’ai eu à Madrid grâce à lui. Récemment, un monsieur aimable et plutôt curieux me demande : "Que collectionnez-vous ?". Je réponds du tac au tac : "Des émotions monsieur!" Et j’ajoute d’un ton un peu plus rêveur : "mais peut-être aussi des souvenirs… "

 
advertisement advertisement advertisement