artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image

English

Fouad Bouchoucha

If You Love Me, Leave Me

Florence Ostende

With its modified cars and research into music cognition, Fouad Bouchoucha’s work doesn’t call much upon art history. You’d be better off sticking your head into a sound system to understand it.

Maximum sound level, pulsating heartbeat, shaky floor, Fouad Bouchoucha’s work is powerful, no doubt about it. Standing up with a megaphone in front of a totem of loudspeakers, the artist attempted in Hybridsound (2008) to mimic transcendental music’s frequencies. Designed as a ritual, the performance only lasted half an hour – who could remain immersed in these deafening decibels any longer? With its references to Daft Punk, Heiner Müller’s poetry, modified cars and music cognition, Bouchoucha’s work doesn’t need to call on art history: you’d be better off sticking your head into a sound system to understand it. The efficiency of Bouchoucha’s short events brings to mind the Vietcong’s hit and run strategy: a blitz attack followed by immediate dispersion into the jungle. In the Grütli theatre in Geneva the powerful humming of bass frequencies seemed to emanate from some impressive scaffolding. An abrasive noise, like an overpowering horn, could be heard on and off, coming from this bony structure adorned with milky neon. The piece was an homage to a poem by Heiner Müller, Skeleton, and only lasted twenty minutes – but then again, who could stay any longer?

Bouchoucha has progressively confronted the limitations of sound power. Instead of giving in to the infinite escalation, the artist decided, little by little, to shift the focus from the direct creation of sound to its evocation – a project which logically culminated in representations of the potential of sound without using sound itself. What convoluted artistic journey did the artist take to arrive at such a drastic decision? To tackle an obsession, there is nothing like escape.

The Musical Mind

Both sculpture and performance, Hybridsound encapsulates this progression. For the Pekarnanana Festival in Slovenia, the artist built, together with Yann Gerstberger, a wall of loudspeakers. The design of the sound boxes didn’t follow any scientific criteria in order to allow sonic oddities to crop up during the performance. The sculpture’s totemic proportions pulled the visitor’s gaze upward; they were completely dominated. In tune with his research on music cognition, the artist composed a piece based on traditional transcendental musics from Mongolia, Haïti and Morocco – keeping only the pure frequencies of sounds designed to send you to heaven. The artist admits to have been influenced by John A. Sloboda’s The Musical Mind: the Cognitive Psychology of Music (1985), a book dealing with music cognition and the way sonic events are transcribed by the brain. Hybridsound felt like a ritual ceremony leading to a climax – trance.

Looking at the piece, Bouchoucha quickly realised then that even without any sonic material, Hybridsound had something of the energy deployed during the performance: the sculpture could fulfil the same function using only its aesthetic qualities. The heavy basses, the ear-splitting rhythms and simple chords are already in the piece. There’s no need to actually hear them, the piece is infused with potential intensity. Hybridsound pictures sonic power without actually using sound. This very real yet verging-on-the-fictional sensation reminded the artist of the industrial drawings he spent years making. ‘We spent all of our time drawing very abstract objects without ever seeing them’, he says. ‘We ended up dreaming their shape, imagining their potential.’

Sonic idiosyncrasies

The second stage of Bouchoucha’s artistic journey looked at car modification, an ‘art’ in which the visual effect overtakes the real impact. This tuning sets up fantasised competences never really put into play. Its suggestive power – involving ailerons, flashing lights, large wheels and so on – gives the illusion of speed. It’s not really about how powerful the engine is, but about how much stuff there is around it. In modification, speed, as ungraspable and immaterial as sound, relies on decorative accessories to materialise its efficiency.

The crazy sound systems installed in these cars also contribute to this illusion of speed, while producing sound idiosyncrasies that Bouchoucha finds fascinating. After having meticulously studied the sound system of eight modified cars, the artist organised a performance entitled Exposition collective (2009) in a huge room with columns in Marseilles’ alternative space, the Friche de la Belle de Mai. Doors and boots open, the cars circled the conductor and performed his composition. As in Hybridsound, the car wasn’t a tool used to transmit a sonic signal, but a genuine instrument.

Heart failure

Yet Bouchoucha wants to go further and to ditch all the systems of representation associated with sound. Even using a loudspeaker’s membrane is too literal for him. In Percussion (2008), the artist drilled into the concrete foundation slab of a gallery space to make it vibrate like a drum skin. Underneath the slab, the crawl space-turned-sound box let the sound escape through the outside portholes.

Pression acoustique : essai n°1 (2009) embodies the ultimate step in Bouchoucha’s research on the representation of sound: the total absence of sonic matter. ‘Sound was so present in my work’, he says, ‘that I had to find a way to escape, to move up a gear’. The car stuck in a block of concrete takes its inspiration from the SPL (Sound Pressure Level) competitions, where modified cars are equipped with outrageously potent sound systems – the car able to generate the biggest sound pressure level wins. The equipment is so over the top that the steering wheel is occasionally pushed outside the vehicle. It’s actually impossible to get in without risking heart failure; the car turns fatal sound box. Bouchoucha imagined a device able to contain and measure this overflow of sound power. ‘It’s an aesthetic proposition that could also be the winning car in any SPL competition’, he says. If he was to make a second attempt, the artist would completely sink the car into concrete, only leaving a little dial outside – the hand of which would hint at an inhuman pressure, one that only imagination could tackle.

Overflow

Since Pression accoustique, Bouchoucha has been developing a repertoire of shapes generated by sound as can be found in some loudspeaker technical handbooks. 1000 K (2010), with its two stacked-up black boxes held together by a strap, looks like a powerful object, but the title doesn’t give away the unit of measure – it could be weight, sound or speed. This deep sound box is in fact inspired by the graphics drawn by very deep basses – sounds that seem to come from directly from earth.

Bouchoucha invents an iconography of sound power without using sound itself, but instead the shape that it can generate. Albeit somewhat opaque, these objects have a roaring power of evocation – one is left to wonder how the artist will manage to go one step further than silence.

IMAGE CREDITS

Fouad Bouchoucha, Squelette, 2009
Echafaudage, lumiere blanche graduable, caisson de basse (2000Watts)
Performance, 20 min
Une collaboration avec Stéphanie Raimondi pour la soirée “Squelette”, Théâtre Grûtli, Genève
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, Hybridsound, performance à Montévidéo, 2008
250 x 150 x 80 cm
Bois, métal, sytème d’amplification, système sonore
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, Hybridsound, performance à Montévidéo, 2008
250 x 150 x 80 cm
Bois, métal, sytème d’amplification, système sonore
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, Exposition collective, 2009
Sound system composé de huit voitures de compétiiton SPL et tuning
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, Exposition collective, 2009
Sound system composé de huit voitures de compétiiton SPL et tuning
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, Pression acoustique, essai #1, 2009
250 x 150 x 150 cm
Voiture, ciment
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, 1000K., 2010
2 bloc empilé de 80x200x450
Bois, Sangle 1 Tonne, Peinture Wernex
Courtesy the artist

Français

Fouad Bouchoucha

Quitte moi si tu m'aimes

Florence Ostende

Dans un univers où se côtoient voitures de tuning et musique cognitive, pas besoin de références à l'histoire de l'art pour comprendre l'œuvre de Fouad Bouchoucha. Coller son oreille à un sound system de concert électro serait sans doute plus efficace.

Volume sonore maximum, le cœur palpite, le sol tremble, le travail de Fouad Bouchoucha est puissant. Debout devant un totem d'enceintes, l'artiste tente d'imiter mégaphone à la bouche la fréquence émise par des musiques transcendantales. La performance Hybridsound (2008) a été conçue comme un rituel et dure environ une demi-heure. À fond de décibels, qui pourrait tenir plus longtemps sans s'engourdir ? Dans un univers où se côtoient Daft Punk, poèmes d'Heiner Müller, Djing, voitures de tuning et musique cognitive, pas besoin de déployer son artillerie de références à l'histoire de l'art pour comprendre l'œuvre de Bouchoucha : coller son oreille à un sound system de concert électro sera sans doute plus efficace. L'intensité de certaines œuvres est telle qu'elles ne peuvent durer que le temps d'une performance. Un événement bref dont la force de frappe rappelle le hit and run, tactique de guerriers Vietcong qui consiste en une attaque éclair de l'ennemi suivie d'une dispersion subite dans la jungle. Dans le théâtre Grütli de Genève, un ronflement de basses fréquences se dégage d'un échafaudage imposant. Un bruit nocif se fait entendre par intermittence, une sorte de klaxon surpuissant émane de la structure osseuse sertie de néons laiteux, hommage au poème Squelette d'Heiner Müller. La performance dure vingt minutes, car encore une fois, qui pourrait tenir plus longtemps ?

Mais Bouchoucha va peu à peu se confronter aux limites de cette puissance sonore. Plutôt que de se rendre prisonnier d'une surenchère infinie, le travail de l'artiste va progressivement chercher à suggérer cette puissance plutôt que de l'exprimer littéralement. Une recherche qui aboutira à la représentation visuelle de ce potentiel sans passer par le son lui-même. Quel cheminement son travail a-t-il suivi pour en arriver là ? Pour rentrer dans le vif d’un sujet obsédant, rien ne vaut la fuite.

Esprit musicien

À la fois sculpture et performance, Hybridsound incarne les prémices de cette réflexion sur la représentation du potentiel sonore. À l'occasion du festival Pekarnanana en Slovénie, Bouchoucha fabrique un mur de baffles en collaboration avec Yann Gerstberger. La conception du caisson n'est soumise à aucun critère scientifique afin de favoriser incohérences et aberrations sonores émises au cours de la performance. Les proportions totémiques de la sculpture tirent le regard vers le haut, le visiteur est dominé, dépassé. En lien avec ses recherches sur la musique cognitive, l’artiste élabore une composition à partir de musiques transcendantales traditionnelles de Mongolie, d'Haïti, du Maroc. Bouchoucha ne garde que les fréquences pures d’une musique destinée à vous faire accéder aux cieux. L'artiste avoue avoir été très influencé par le livre L'esprit musicien: la psychologie cognitive de la musique (1985) de John A. Sloboda qui traite de musique cognitive et de la façon dont le cerveau retranscrit les événements sonores perçus. La performance prend des airs de cérémonie rituelle pour atteindre son point culminant, ultime état de transe.

Bouchoucha constate alors que la sculpture d'Hybridsound pourrait très bien fonctionner sans la performance sonore qui l'accompagne. L'impact visuel suffirait à suggérer l'énergie mise en œuvre au cours de la performance. En la voyant, on imagine d'emblée les grosses basses, les montées fulgurantes, des accords simples, pas besoin de les entendre. L'œuvre dégage une intensité potentielle. Dans Hybridsound, l'idée n'est donc pas de retranscrire un signal (comme le haut-parleur du salon) mais de créer une esthétique capable d’imager la puissance sonore sans passer par le son. Pour l'artiste, cette sensation presque fictive et pourtant bien réelle lui rappelle le dessin industriel qu'il a pratiqué pendant plusieurs années : "On passe son temps à dessiner des objets très abstraits sans jamais les voir, du coup on projette leur forme, on imagine leur potentiel" explique-t-il.

Aberration sonore

L'étape suivante de ce cheminement s'oriente vers l’art du tuning dans lequel l'impact esthétique prend lui aussi le pas sur l'impact réel. Le tuning est la projection imaginaire d'une puissance qu'on ne voit jamais à l'œuvre. Son pouvoir de suggestion donne l'illusion de la vitesse en réalité fantasmée par le biais d'ailerons, néons, grandes roues, etc. Ce n'est pas la puissance du moteur qui compte mais tout ce qu'il y a autour. La vitesse, tout aussi impalpable et immatérielle que le son, repose sur des accessoires décoratifs pour matérialiser l’efficacité.

Les systèmes audio délirants installés dans ces véhicules participent à l'illusion de vitesse et ont la particularité de produire des distorsions et aberrations sonores qui fascinent Bouchoucha. Après avoir soigneusement étudié le sound system de huit voitures de tuning, il organise une performance intitulée Exposition collective (2009) dans la grande salle des colonnes de la Friche de la Belle de Mai à Marseille. Portières et coffres ouverts, les voitures encerclent le chef d'orchestre et exécutent sa composition. Comme dans Hybridsound, la voiture n'est pas l'outil de retranscription d'un signal sonore mais un véritable instrument.

Arrêt cardiaque

Mais Bouchoucha veut aller encore plus loin, quitter tout système de représentation traditionnel lié au son. Utiliser une membrane de haut-parleur est une proposition encore trop littérale selon lui. La performance Percussion (2008) cherchait déjà dans cette direction puisqu'il avait percé la dalle de béton d'une salle d’exposition avec un marteau-piqueur pour la faire vibrer comme une membrane de haut-parleur. Sous la dalle, le vide sanitaire devenu caisse de résonance laissait le son s'échapper vers l’extérieur par les trous d'évacuation.

Pression acoustique : essai n°1 (2009) cristallise l’ultime étape de sa recherche : l'absence totale de matière sonore. "Le son était tellement présent dans mon travail que j’ai dû trouver un moyen de m’en échapper, de passer à un degré supérieur," confie-t-il. Cette voiture encastrée dans un bloc de béton s'inspire des concours de SPL (Sound Pressure Level) pour voitures de tuning équipées de systèmes sons démesurés. La voiture qui peut générer la plus grosse pression acoustique remporte le concours. L'équipement est tellement excessif que le volant se retrouve parfois relégué à l'extérieur du véhicule. On ne peut même plus rentrer à l'intérieur au risque d’un arrêt cardiaque. La voiture devient un caisson de basse fatal. Bouchoucha a donc imaginé une caisse de résonance en béton qui permettrait de contenir et de mesurer ce trop plein de puissance : "Il s’agit d’une proposition esthétique de ce que pourrait être la voiture ultime d'un concours SPL." S’il venait à faire un second essai, il irait encore plus loin, la voiture serait totalement engloutie dans un bloc de béton et laisserait pour seul indice un petit cadran lumineux à l'extérieur. La petite aiguille indiquerait une pression inhumaine que seule l'imagination peut appréhender.

Trop plein

Depuis Pression acoustique, Bouchoucha continue de développer un répertoire de formes générées par le son qu'on retrouve dans certains manuels techniques sur les haut-parleurs. Dans 1000 K (2010), les deux blocs empilés, peints en noir et tenus par une sangle, donnent l'impression d'un objet ultra-puissant. Le titre ne précise pas l'unité de mesure, on ne sait pas s'il s'agit de poids, de son ou de vitesse. Le caisson très profond s'inspire en réalité des cavités dessinées par des graves très profonds, des sons qui viennent de la terre.

Artiste de la démesure, Bouchoucha invente une iconographie de la puissance sonore sans passer par le son mais par la forme qu’il peut générer. Au risque de paraître abstraits, ces objets ont une force d'évocation assourdissante, à se demander comment l'artiste parviendra à renchérir sur le silence.

IMAGE CREDITS

Fouad Bouchoucha, Squelette, 2009
Echafaudage, lumiere blanche graduable, caisson de basse (2000Watts)
Performance, 20 min
Une collaboration avec Stéphanie Raimondi pour la soirée “Squelette”, Théâtre Grûtli, Genève
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, Hybridsound, performance à Montévidéo, 2008
250 x 150 x 80 cm
Bois, métal, sytème d’amplification, système sonore
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, Hybridsound, performance à Montévidéo, 2008
250 x 150 x 80 cm
Bois, métal, sytème d’amplification, système sonore
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, Exposition collective, 2009
Sound system composé de huit voitures de compétiiton SPL et tuning
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, Exposition collective, 2009
Sound system composé de huit voitures de compétiiton SPL et tuning
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, Pression acoustique, essai #1, 2009
250 x 150 x 150 cm
Voiture, ciment
Courtesy the artist

Fouad Bouchoucha, 1000K., 2010
2 bloc empilé de 80x200x450
Bois, Sangle 1 Tonne, Peinture Wernex
Courtesy the artist

 
advertisement advertisement advertisement