artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image

English

Clément Rodzielski

The Spit and Image

Aurélien Mole

Clément Rodzielski is a painter. Images are at core of his practice: he appropriates their material qualities and gives them a new lease of life.

In the now almost ancient days of film photography, there was a moment between shooting and developing when the reel, although already marked by light, didn’t show anything. The image was there but it was invisible – it was said to be ‘latent’. The mercury fumes only revealed the print at a later stage of the process.

Clément Rodzielski’s work could be described as ‘mercurial’ since it involves the revealing, and sometimes the production, of latent images and compositions. With different gestures (printing, painting, isolating, blowing up, cutting up, doubling up, spray painting and so on), he exposes omnipresent images that we tend to overlook. Our blindness has to do with a kind of indifference, a lack of interest for images in constant circulation and a lassitude of their perpetual availability. In stark contrast to this visual apathy, Rodzielski is always alert. For him, the sign is everywhere and if one is not careful, it will escape us and disappear forever.

Sans titre (Cary Grant) (2009) is a series of postcards of the eponymous actor. One of them is labelled with a cross on a bit of Sellotape, a mark made by the postcard seller to remind himself that his stock was coming to an end. The cards are displayed on a narrow green shelf echoing the image’s colour scheme. Rodzielski is dealing here with a found sign. The same idea governs his large black panels installed in staggered row (Sans Titre, 2008). They are inspired by a game consisting in filling the squares of a page with colours without ever using the same shade for adjoining ones. When it’s impossible, the squares are blackened. It is these signs of failure that Rodzielski decided to reproduce in three dimensions – proof that an available sign can turn out to be a good composition.

Digital pictures

If you have to appropriate signs belonging to others, you might as well use downgraded ones, those that have lost all value for their owners. There are in Rodzielski’s body of works several old cinema posters, perfect examples of those images that continue to exist without real use. The same goes for fashion magazines, which, by definition, go out of fashion and lose their appeal. Rodzielski’s compositions, produced by a series of transversal cuts, allow us to look at magazines as stocks of hidden compositions rather than as mere supports for a never-ending flux of transitory ads. Their wordlessness underscores here the fact that the image’s informative content is always less important than its material qualities.

Rodzielski’s practice is anchored in this materiality, hence the reoccurring transition from computer screen to print in his work. Digital images can also be described as latent since they are stocked somewhere and appear on demand. The artist gives them a tangible existence, a reification process that glorifies their particular qualities. All of a sudden the images have a front, a back, limits, dimensions and gravity. In short, they acquire a materiality that can be played with as in Sans titre (Jean-Louis Murat) (2009). The same goes for the inkjet prints on A4 paper Sans titre (2007), a series of compositions the artist realised by printing images from the internet saved as GIF files. This format, which compresses pictures and reduces their nuances to a few simple colours, is a remnant of the web’s early days (1.0), when poor internet connection prevented the display of pixel-heavy web pages. Virtually obsolete today, these kinds of objects remain in the memory of web browsers like fish in a dragnet. Arranged on a vertical A4 sheet of paper, they have become ready-made elements for whoever wants to make abstract and colourful compositions.

United we stand

For Rodzielski, the images’ content isn’t as important as the way they are cut, and he often favours frames over subjects. The wallpaper widths the artist uses (picturing a waterfall, an underbrush, a seaside) impose random interruptions upon the motifs. These are ‘found frames’; they allow the creation of different wallpaper compositions, all of them highlighting the fortuitous cuts that standardisation has enforced on the pictures. The resulting works function according to a ‘united we stand’ kind of logic. In Rodzielski’s search for ready-made frames, another strategy consists in spotting surfaces that should bear images and covering them with paintwork. The artist for example found an issue of MAY magazine, its back cover, designed to host an advertisement, left blank (Sans titre (MAY), 2010). He saw the white surface as a proto-palimpsest asking to be worked on.

Rodzielski’s knack for revealing and durably exposing images has a counterpoint in the way he creates precarious pictures. For each image saved from disappearance, the artist produces a new one made to vanish. He may swap an element in the background for an element in the foreground, scatter compositions and erase the motif that once held them together (Document 1, 2007), or else insert drawings in the free magazines distributed in galleries. These small gestures pass on to the beholder the artist’s concern with images: their destiny will depend on the care of whomsoever decides to take them on.

IMAGE CREDITS

Clément Rodzielski, Sans titre (Cary Grant), 2009
cartes postales, bois peint
Crédit Photo : Aurélien Mole

Clément Rodzielski, Sans titre, 2008
Magazine découpé

Clément Rodzielski, Sans titre (Jean-Louis Murat), 2009
Impressions sur poster autocollants

Clément Rodzielski, Sans titre (MAY), 2010
Peinture sur magazine

Clément Rodzielski, Documents, 2007
Impressions, peinture aérosol
2007 Crédit photo : Keren Detton

lement Rodzielski, Sans titre, 2007
impressions inkjet, 21x29,7cm

Clément Rodzielski, Sans titre, 2008
Bois, dessins trouvés, 2008
Crédit photographique : Remi Lidereau pour Anne+

Français

Clément Rodzielski

Le souci des images

Aurélien Mole

Clément Rodzielski est peintre. Les images sont au cœur de son travail et il s’approprie leurs qualités matérielles pour les faire apparaitre dans le monde une nouvelle fois.

Au temps quasi lointain de la photographie argentique, il existait un moment entre la prise de vue et le développement du négatif où la pellicule, bien qu’impressionnée par la lumière n’en laissait rien paraître. L’image était bien là mais elle était invisible : on la disait latente. Les vapeurs de mercure ne révélaient l’impression que dans un second temps.

On pourrait ainsi dire du travail de Clément Rodzielski qu’il est "mercurien", puisqu’il consiste à révéler et parfois même à produire des images et des compositions latentes. Par une série de gestes (imprimer, peindre, isoler, agrandir, découper, redoubler, bomber…), il expose durablement des images que nous avions sous les yeux sans les voir. À cette cécité qui trouve son origine dans une certaine indifférence, dans une apathie visuelle vis-à-vis d’images en incessante circulation et une lassitude de leur disponibilité, l’artiste oppose une insatiable attention. Pour Rodzielski, le signe est partout et, si nous n’y prenons pas garde, il peut nous échapper et s’évanouir à jamais.

Sans titre (Cary Grant) (2009) est une série de cartes postales de l’acteur. L’une est marquée d’un adhésif biffé d’une croix, un signe que le vendeur de ces cartes s’était fait à lui-même pour indiquer que son stock de cartes postales arrivait à épuisement. Les cartes sont présentées sur un tasseau vert qui reprend leur couleur dominante. Il s’agit bien ici d’un signe trouvé, au même titre que les grands panneaux noirs disposés en quinconce (Sans Titre, 2008) qui évoquent un jeu consistant à colorier les carreaux d’une page en ne mettant jamais la même couleur dans des cases adjacentes – lorsque c’est impossible, les cases sont noircies. Rodzielski décide d’agrandir de façon sculpturale ces signes d’impasse. Preuve qu’un signe disponible peut faire une bonne composition.

Images numériques

S’il s’agit de s’approprier des signes qui appartiennent à d’autres, autant utiliser ceux qui sont déclassés, ceux qui n’ont plus de valeur pour leur propriétaire. L’affiche de cinéma – qui annonce un film qui n’est plus programmé et dont on trouve plusieurs occurrences dans le travail de l’artiste – exemplifie ces images qui subsistent alors qu’elles n’ont plus d’utilité. Il en va de même, pour les magazines de mode qui, par essence, se démodent et perdent de leur intérêt. Les compositions qu’obtient Rodzielski par une série de découpes obliques permettent de regarder le magazine comme une réserve de compositions dissimulées dans son épaisseur et non plus comme le support d’un flux d’images publicitaires transitoires. Ici, l’absence de mots souligne que le contenu informatif de l’image importe toujours moins que ses qualités matérielles.

C’est sur cette matérialité que Rodzielski appuie son travail et pour cette raison, le passage de l’écran à l’impression est un geste récurrent dans l’ensemble de son œuvre. Les images qui existent et circulent uniquement par la médiation numérique peuvent elles aussi être qualifiées de latentes, puisqu’elles sont stockées quelque part et n’apparaissent qu’à la demande. Le travail de Rodzielski consiste alors à leur donner une existence tangible. Ce processus de réification exalte les qualités particulières de ce type d’images qui se trouvent soudain douées d’un envers, d’un endroit, de bords, de dimensions et d’une pesanteur. Bref, d’une présence physique qu’il est possible de triturer comme pour la pièce intitulée Sans titre (Jean-Louis Murat) (2009). Il en va de même pour les impressions inkjet sur format A4 (Sans titre, 2007), des compositions que Rodzielski réalise en imprimant des images de sites web sauvegardées en GIF. Ce format qui compresse les images en réduisant leurs nuances à quelques couleurs témoigne des premiers temps du web (1.0), quand le faible débit de la connexion interdisait l’affichage de pages trop lourdes. Quasiment obsolète aujourd’hui, les GIF s’accumulent dans la mémoire des navigateurs internet comme des poissons dans un filet traînant. Disposés les uns sur les autres sur une feuille de format A4 verticale, ils forment des éléments tout faits pour qui voudrait réaliser des compositions abstraites et colorées.

L’union fait la force

Ainsi, le contenu importe moins que la découpe et Rodzielski cherche souvent des cadres plutôt que des sujets. Les lés de papier peints figuratifs qu’il utilise (une cascade, un sous–bois, un bord de mer) découpent involontairement le motif dans un cadre. De ces cadres trouvés, il est alors possible de faire une composition à partir de différents papiers peints soulignant les découpes fortuites que la standardisation impose à ces images. La composition qui réunit des éléments disparates procède alors selon l’adage "L’union fait la force". Dans cette quête de cadres préexistants, une autre tactique consiste à repérer des surfaces sur lesquelles il devrait y avoir des images pour occuper celles-ci avec un travail de peinture. Par exemple, la quatrième de couverture de la revue MAY sur laquelle l’espace publicitaire n’avait pas trouvé preneur (Sans titre (MAY), 2010) : sa surface laissée blanche est alors considérée comme une sorte de proto palimpseste qui en appelle à son recouvrement.

Cette capacité de Rodzielski à révéler et à fixer durablement des images trouve un contrepoint dans la fabrication de représentations précaires. Pour toute image sauvée de la disparition, l’artiste en produit de nouvelles dont l’évanouissement est programmé. Ce peut être un fond pour un élément au premier plan, des compositions laissées en libre service et amenées à s’éparpiller au détriment du motif qui les unifiait de prime abord (Document 1, 2007) ou encore des dessins intercalés dans les revues gratuites distribuées à l’entrée des galeries. Par ces gestes, Rodzielski transmet au visiteur son souci des images, puisque leur destin dépendra entièrement de l’attention de celui qui se les appropriera.

IMAGE CREDITS

Clément Rodzielski, Sans titre (Cary Grant), 2009
cartes postales, bois peint
Crédit Photo : Aurélien Mole

Clément Rodzielski, Sans titre, 2008
Magazine découpé

Clément Rodzielski, Sans titre (Jean-Louis Murat), 2009
Impressions sur poster autocollants

Clément Rodzielski, Sans titre (MAY), 2010
Peinture sur magazine

Clément Rodzielski, Documents, 2007
Impressions, peinture aérosol
2007 Crédit photo : Keren Detton

lement Rodzielski, Sans titre, 2007
impressions inkjet, 21x29,7cm

Clément Rodzielski, Sans titre, 2008
Bois, dessins trouvés, 2008
Crédit photographique : Remi Lidereau pour Anne+

 
advertisement advertisement advertisement