artwork image

English

Around Bristol

David Trigg

You thought Bristol was all street art and drum & bass? Think again. David Trigg takes Catalogue on a tour of the best art spaces in town.

In the popular imagination, art in Bristol is probably most synonymous with the city’s dynamic street art scene. This popularity was evinced last summer as some 300,000 visitors flocked to Banksy's homecoming exhibition at Bristol's City Museum and Art Gallery (that's more visitors in 12 weeks than would normally be expected in 12 months). The show, which saw people queuing for several hours each day, came hot on the heels of Crimes of Passion, another popular showcase of street art at the usually fusty Royal West of England Academy. But rewind some twenty-five years and you'll find there was another gallery championing aerosol art in the city, long before Banksy had even cut his first stencil. The Arnolfini gallery’s 1985 exhibition Graffiti Art was groundbreaking for its day, featuring local street artists spraying their work directly onto the gallery's walls. Yet despite not being the most polished of shows, the fact that Graffiti Art was programmed at all reflects the kind of risk-taking and experimentation that has characterised much of Arnolfini's activity over the last fifty years.

By the harbour ...

Founded in 1961 by Jeremy Rees, Arnolfini has grown from humble beginnings to become an internationally respected institution. Housed in a former warehouse overlooking Bristol's Floating Harbour, Arnolfini's role in raising awareness of contemporary art and bringing internationally renowned artists to Bristol – often staging their first UK exhibitions – has been substantial. Artists shown in recent years have included Deimantas Narkevičius, Melanie Jackson, Tommy Støckel and Mark Titchner (whose ambitious show won him a Turner Prize nomination in 2006). 'Our remit is very broad', says Arnolfini’s curator Nav Haq. 'We work with artists at all career stages, from emerging to established, as well as supporting artists based within the city. I think one of our main strengths is that we have always been a hub for discursiveness, on both a local and international level.'

Haq’s own career was launched in Bristol when his first curatorial opportunity came during a residency at Spike Island, one of Europe’s largest artist studio complexes. Located near to Arnolfini in a former tea-packing factory, the studios provide space for over 100 artists, including Mariele Neudecker, John Wood & Paul Harrison and Andrew Mania. A dynamic programme of exhibitions, talks and events runs throughout the year, including the perennially popular open studios event. A lively residency programme sees artists, curators and writers from the UK and abroad regularly invited to develop new work at the studios. Spike’s curator, Marie-Anne McQuay, explains that the residencies are 'enriching, not only for the invited practitioner, who joins a thriving host community, but also for Spike's artists. For example, over the last three years we’ve hosted residencies for Portuguese artists, which in turn have introduced Bristol artists to the emergent scenes in Porto and Lisbon. This has led to Bristol artists showing internationally for the first time as part of peer-led projects in Portugal.'

Production Centre

Since Arnolfini and Spike Island underwent significant refurbishments – completed in 2005 and 2007 respectively – Bristol has seen a proliferation of new galleries and spaces, as well as being chosen to host the high profile exhibitions British Art Show 6 and Beck's Futures. A significant new addition during this time has been Picture This, a unique commissioning agency for moving image art, located on the same block as Spike Island. The agency now boasts a busy programme of exhibitions and events, and commissions new work from artists such as Emily Wardill, Ryan Gander and Marcus Coates. Just a stone's throw away is WORKS|PROJECTS, a commercial gallery recently established by independent curator Simon Morrissey. The market for contemporary art in Bristol is more than reluctant, but this hasn’t dissuaded Morrissey, who programmes a confident series of solo exhibitions by artists including Andy Holden, Edwina Ashton and Richard Woods.

Morrissey teaches on the Fine Art course at the University of the West of England, which is also home to Situations, a commissioning and research programme looking at the significance of site and context. Led by Claire Doherty, Situations is committed to supporting the production of new art, often outside conventional contexts. Their last major project was The Black Cloud, an enormous temporary timber structure designed by Heather and Ivan Morison and sited in a South Bristol park for the latter half of 2009. Acting as a shelter and meeting point, the structure played host to several events devised by the artists and was open for local residents to use as they saw fit.

Artist-led

If there's one thing artists in Bristol are not lacking, it's studio space. Besides Spike Island, the main providers are Jamaica Street and Mivart Street, both of which have offered affordable space for many years. More recently, BV Studios has opened in the south, offering purpose-built spaces to 80 artists as well as housing the curiously named gallery Motorcade/Flashparade. The gallery has already staged several shows, including a showcase of work by InterCity MainLine, one of the city's many artist-led initiatives. Indeed, artist-led activity is burgeoning on an unprecedented scale. New independent projects such as Bristol Diving School have been making their mark with a string of punchy exhibitions showcasing work by students and recent graduates, and Plan 9, one of the city’s longest running groups, have continued to maintain a strong presence with a diverse programme of exhibitions and projects hosted at their home in a former police station.

The preponderance of artist-led activity in the city can be attributed partly to Spike Island’s Associates Programme, an informal postgraduate network for artists, writers and curators that generates opportunities for networking and debate as well as supporting projects through small grants. 'It's a good way to tap into networks, access dialogue via talks and crits, and keep up to date with what others are doing', says Megan Wakefield, one of the Programme’s coordinators. 'Artists', Wakefield asserts, 'are particularly good at creating their own platforms for practice', and this is reflected by the culture of the Associates Programme, which, by promoting production, dissemination and collaboration, has seen it become the driving force behind many recent projects. For instance, it was an Associate grant that facilitated Rhys and Hannah Present, a short-lived gallery in the heart of Broadmead shopping district during 2008. Hannah James, one of the project’s directors, is now involved with Central-Reservation, an ambitious new temporary space in Stokes Croft area, which she runs with fellow Associates Lucy Drane (also of WORKS|PROJECTS) and Jane Porter (of Picture This). Central-Reservation exemplifies the collaborative ethos fostered by the Associates, and the culture of cross-fertilisation and exchange characterising much art initiatives in Bristol.

Yet Central-Reservation only has a four-month lease, and their brief tenancy reflects the lack of consistent support for independent art. In contrast to other UK cities, no single artist-led group currently receives regular Arts Council or City Council funding. As Marie-Anne McQuay observes, this lack of a stable platform may have positive effects. 'The transitory nature of spaces and funding generates its own kind of energy and urgency, a commitment to making things happen in the moment, for the moment’, she says. ‘These new spaces provide reasons for graduates to stay on and reasons for artists to be invited in from elsewhere.' For a city that has historically struggled to retain and support its graduates, this current lease of energy is a welcome and encouraging trend.

IMAGE CREDITS

Heather & Ivan Morison, The Black Cloud, 2009 Victoria Park, Bristol
Photo: Wig Worland

Français

Tournée dans Bristol

David Trigg

Si vous pensez que la vie culturelle de Bristol se résume au street art et à la drum & bass, vous avez tout faux. David Trigg vous offre sa tournée des meilleurs espaces d'art contemporain de la ville.

Pour la plupart des gens, Bristol est la ville du street art. Et pour preuve, plus de 300 000 personnes ont visité l'exposition de Banksy l'été dernier dans le musée de sa ville natale, le City Museum and Art Gallery de Bristol. Le musée a eu plus de visiteurs en trois mois que sa moyenne de fréquentation annuelle. Chaque jour, une longue file d'attente de plusieurs heures se pressait pour voir l'exposition, un succès similaire à celui d’un autre grand événement de street art, Crimes of Passion, qui a généralement lieu dans le poussiéreux Royal West of England Academy. Mais revenons 25 ans en arrière et souvenons-nous (bien avant que Banksy n'ait fait son premier pochoir) qu'un autre lieu défendait le graffiti à Bristol : en 1985, l'Arnolfini présente Graffiti Art, une exposition pionnière pour l'époque (les grapheurs de la ville avaient réalisé leur œuvres directement sur le mur de l'espace d'exposition). On ne peut pas dire que Graffiti Art ait été l'exposition la plus aboutie qui soit mais son existence prouve néanmoins les risques pris depuis 50 ans par la programmation de l'Arnolfini.

Près du port...

Fondé en 1961 par Jeremy Rees, l'Arnolfini est peu à peu devenu une institution reconnue sur la scène internationale. Situé dans un ancien entrepôt qui surplombe le port de Bristol, ce lieu a joué un très grand rôle notamment dans la sensibilisation des habitants de la ville à l'art contemporain et la découverte d'artistes connus internationalement souvent invités pour leur première exposition au Royaume-Uni. Ces dernières années, on a pu voir le travail d'artistes tels que Deimantas Narkevicius, Melanie Jackson, Tommy Støckel ou Mark Titchner (son exposition ambitieuse lui a valu une nomination pour le Turner Prize en 2006). "Notre champ de compétences est très large", explique Nav Haq, curateur à l'Arnolfini, "nous travaillons avec des artistes qui sont à tous les niveaux de carrière, qu'ils soient émergents ou établis, et nous soutenons beaucoup les artistes qui vivent à Bristol. Je pense qu'une de nos forces a été de construire une plate-forme de réflexion sur la scène locale et internationale."

La carrière de Haq commence à Bristol quand un premier poste de curateur s'offre à lui pendant sa résidence à Spike Island, l'un des complexes d'ateliers d'artistes les plus grands d'Europe situé dans une ancienne usine d'emballages à thé, juste à côté de l'Arnolfini. Plus d'une centaine d'ateliers accueillent les artistes (dont Mariele Neudecker, John Wood & Paul Harrison, Andrew Mania...). Toute l'année, une programmation dynamique d'expositions et d'événements s'enchaîne sans oublier la journée d'ouverture des ateliers qui remporte à chaque fois un grand succès. Le programme de résidences est d'une grande qualité : artistes, curateurs et écrivains du Royaume-Uni et de l'étranger sont invités à venir développer de nouvelles productions. Marie-Anne McQuay, curatrice à Spike, explique que les résidences "ne sont pas uniquement enrichissantes pour les invités qui rejoignent une communauté active en plein développement mais aussi pour les artistes du Spike. Par exemple, nous avons accueilli beaucoup d'artistes portugais en résidence ces trois dernières années, ce qui a eu pour effet de faire connaître des artistes de Bristol à Porto et Lisbonne. Des artistes ont eu l'opportunité d'exposer à l'étranger pour la première fois grâce à la mise en place de projets en collaboration étroite avec le Portugal".

Centre de production

Depuis la rénovation de l'Arnolfini en 2005 et de Spike Island en 2007, les galeries et les espaces d'exposition poussent comme des champignons. La ville a également été choisie pour accueillir des expositions de grande envergure comme le British Art Show 6 et Beck's Futures. Une nouvelle venue (et pas des moindres), Picture This, située dans le même quartier que Spike Island, est une agence unique spécialisée dans la production d'œuvres d'images en mouvement. Elle affiche fièrement sa programmation riche d'expositions et d'événements ainsi que sa contribution à la production de nouvelles œuvres d'artistes tels qu' Emily Wardill, Ryan Gander et Marcus Coates. À deux pas, WORKS|PROJECTS vient d'ouvrir ses portes, une galerie commerciale fondée par le commissaire indépendant Simon Morrissey. Certes, le marché de l'art contemporain ne s'est pas beaucoup développé à Bristol mais cela n'a pas empêché Morrissey d'offrir une programmation ambitieuse d'expositions monographiques (Andy Holden, Edwina Ashton, Richard Woods etc.)

Morrissey enseigne les arts plastiques à l'University of the West of England qui héberge par ailleurs Situations, un programme de recherche et d'aide à la production spécialisé dans l'art contextuel. Dirigé par Claire Doherty, Situations s'engage à soutenir la production de nouvelles œuvres pensées en dehors de contextes traditionnels. Leur dernier grand projet, The Black Cloud (2009) de Heather et Ivan Morison, était une énorme structure temporaire en bois dans un parc au sud de Bristol jouant à la fois le rôle d'abri et de point de rencontre. Beaucoup d'événements ont été organisés par les artistes et les habitants du quartier qui pouvaient utiliser ce lieu à leur guise.

Associations d'artistes

S'il y a bien quelque chose qui ne manque pas à Bristol, ce sont les ateliers. En plus de Spike Island, Jamaica Street et Mivart Street mettent à disposition de nombreux espaces à des prix abordables depuis plusieurs années. Récemment, BV Studios a ouvert des ateliers dans le sud de la ville et peut accueillir jusqu'à 80 artistes. Une galerie au nom mystérieux, Motorcade/Flashparade, s'est installée dans les locaux. Elle a organisé plusieurs expositions dont une invitation à InterCity MainLine, une des nombreuses associations d'artistes de Bristol. Ces associations d'artistes ne cessent de prendre de l'importance. De nouveaux projets indépendants tels que Bristol Diving School se sont fait connaître grâce au dynamisme de leurs expositions de travaux d'étudiants et de récents diplômés. Il y a aussi Plan 9, l'une des associations d'artistes les plus anciennes de la ville qui continue avec ferveur à défendre une programmation pointue et éclectique d'expositions et de projets dans leur espace, un ancien commissariat de police.

La prépondérance des activités organisées par les artistes s'explique en partie grâce à l'Associates Programme de Spike Island, un réseau informel pour les artistes, auteurs et curateurs qui sortent d'école. Ce programme leur donne l'opportunité d'étendre leur réseau, de discuter et débattre de leurs projets et d'obtenir de petites bourses d'aide à la production. "C'est une excellente façon d'accéder à un réseau, d'engager un dialogue critique sur son travail et de se tenir au courant de ce que font les autres," explique Megan Wakefield, une des coordinatrices du programme. "Les artistes sont particulièrement doués pour créer leur propre plate-forme", poursuit-elle et l'Associates a toujours encouragé ce système en soutenant la production, la transmission et la collaboration. C'est notamment grâce à une bourse de l'Associates que la galerie temporaire Rhys and Hannah Present a pu s'installer au cœur du quartier commerçant Broadmead en 2008. Hannah James, co-directrice du lieu, s'occupe désormais de Central-Reservation, un autre espace temporaire dans le quartier de Stokes Croft, aux côtés de Lucy Drane (aussi impliquée dans Associates et WORKS|PROJECTS) et Jane Porter (de Picture This). Central-Reservation illustre parfaitement l'esprit de collaboration et d'échanges encouragé par Associates et qui caractérise de façon plus générale l'ensemble des initiatives artistiques de Bristol.

Mais avec un bail de seulement quatre mois, Central-Reservation reviendra vite à la réalité. Le soutien aux initiatives indépendantes manque encore de régularité. Contrairement aux autres villes anglaises, les associations d'artistes de Bristol ne reçoivent pas de soutien régulier de l’Arts Council ou de la ville. Pour Marie-Anne McQuay, ce manque de stabilité peut aussi avoir des effets positifs : "La nature éphémère des espaces et la précarité des soutiens financiers génère une énergie, une spontanéité et une urgence absolument essentielles, les gens font les choses dans le présent et pour le présent", dit-elle. "Ces nouveaux espaces donnent une raison aux jeunes diplômés de rester à Bristol et aux artistes de se faire inviter ailleurs". Sachant que Bristol s'est toujours battu pour retenir et soutenir ses jeunes diplômés, ce nouveau souffle tombe à pic.

IMAGE CREDITS

Heather & Ivan Morison, The Black Cloud, 2009 Victoria Park, Bristol
Photo: Wig Worland

 
advertisement advertisement advertisement