artwork image
artwork image
artwork image
artwork image
artwork image

English

Beyond the Ring Road

Contemporary Art in the Paris region

Coline Milliard

Too often overlooked by the media, an energetic art scene has developed on the outskirts of the French capital. Catalogue’s team tried to learn more about the venues spearheading ‘the new French dynamism’.1

The city of light is an illusion. The streets of Walter Benjamin’s flâneur are a memory. Beyond the majestic Haussmanian boulevards is the contemporary reality: an urban sprawl counting almost 10 million inhabitants in 396 towns, all but one of them – the one called ‘Paris’ – designated suburbs. Literally cut off from the capital by a ring road, these towns, home to 80 per cent of the region’s population, play a significant part in the dynamism of the art scene in Île-de-France. Exhibition venues such as the CAC in Brétigny-sur-Orge, the Ferme du Buisson in Noisiel, Mains d’Œuvres in Saint-Ouen, the Cneai in Chatou and La Galerie in Noisy-le-Sec have proliferated since the 1990s, and the organisation that links 29 art centres located mainly in the suburbs, tram, has allowed these spaces to gain some visibility.2 But the figures prove that the audience, both local and Parisian, is still hard to convince.3

The right distance

‘It really annoys me when people say that Mains d’Œuvres is too far’, says Isabelle Le Normand, visual art manager at the Saint-Ouen space. ‘When people go the Istanbul Biennial, no one complains it’s too far! The idea of distance is very subjective.’ The all-relative remoteness of the suburban art centres is always put forward to explain their lack of success with the Parisian audience, even if the distances involved are no greater than those separating the London districts that denizens of the British capital’s artworld routinely traverse. And yet some of these venues – like Noisy-le-Sec’s La Galerie, 10 minutes by train from the Gare du Nord – have public transport connections Londoners can only dream of. ‘People don’t want to cross the ring road’, says La Galerie director Marianne Lanavère. ‘There are loads of prejudices. We have to send cabs to pick up some prestigious journalists in Paris, otherwise they wouldn’t come. That’s why I’ve decided to keep a shuttle between Paris and Noisy-le-Sec on private view nights, to try to break this border, but it’s really a “psychological” shuttle.’

When she took over La Galerie in 2005, Lanavère immediately started to wonder ‘how to talk to your neighbour as well as to a group of a hundred foreign curators visiting Paris’, how to make sense for a local and international audience, specialist or not. To this end she started two residencies, one for foreign curators and one for young French artists. This diversity can also be found in the exhibitions she curates: ‘in group shows, I always try to strike a balance between well-known and lesser-known artists, foreign and French. We commission most pieces for the exhibitions. Even for an art world professional, there is always something new to discover.’ La Galerie’s team is particularly careful to be welcoming to anyone crossing their threshold. Every Saturday, for example, cups of tea are given to all the visitors, a simple way to turn a gallery into a more convivial kind of space, better suited to spontaneous discussion. Sometimes modest strategies are the most efficient.

Saint-Ouen sets the pace

Formerly the social centre of the Valeo factory in Saint-Ouen, today a multidisciplinary venue gathering visual arts, music, dance and theatre, Mains d’Œuvres couldn’t be more different to La Galerie. And yet here too, on top of a regular exhibition programme, is a system of residencies encouraging artists to use all the resources available in the venue and the town. ‘The starting point for Mains d’Œuvres’, explains Isabelle Le Normand, ‘was to create a link with the area. We do a lot of things with locals. Had we been in Paris, I don’t know if we would have had these kinds of relationships.’ Saint-Ouen itself sets the pace for Mains d’Œuvres, so that Sunday, flea market day, is the most important time of the week for the exhibition. To benefit from this dynamic, Le Normand has even started offering Sunday brunch, inviting her audience to extend its visit. Mains d’Œuvres’ philosophy is that a small budget doesn’t have to impact on the quality of the collaboration with the artists. ‘When there is no money, we still have manpower’ – mains d’œuvres in French – ‘we have technicians, and I can, for example, help an artist to set up his project and find other partners.’ Mains d’Œuvres banks on its human resources, and it works: the success of Le Normand’s first exhibition series allowed her to attract the attention of funders who now support artwork production.

Resistance

Tucked away behind a car park and facing Jean Pierre Timbaud secondary school, the Centre d’Art Contemporain in Brétigny-sur-Orge announces its curatorial policy upfront. Director Pierre Bal-Blanc has set up an ambitious public art commission programme which slowly transforms the place, each work contributing to a progressive appropriation of the centre’s urban surroundings. The two containers and tank of the Edutainer (2003) – an outside structure dedicated to school groups imagined by the Atelier van Lieshout – function like a visual manifesto, the piece declaring the CAC’s educational focus and its commitment to art production. Teresa Margolles’ Table et deux bancs (2005) is part of this development of the surrounding space, and it also introduces a disturbing element: a tiny sample of water taken from Mexico City’s morgue has been mixed into the piece’s concrete. Bal-Blanc’s commission programme advocates a new take on the idea of ‘display’, one which would be durational rather than ephemeral. The result is a sort of immediately accessible archive, as if the CAC’s history could be grasped at a glance.

But this policy has not always gone down well with the local council. In 2007, the Val d’Orge towns’ association ordered the destruction of a large concrete corridor by David Lamelas. This caused real friction between the CAC management team and the Val d’Orge administration. ‘We twice stopped the corridor’s destruction by physically standing in it and attempting to talk with them’, remembers Delphine Goutes. In the end, the politicians won. ‘We tried to put artists’ work in the line with society and the way it operates, and in that respect, we have to take stock of a failure, resistance’, says Bal-Blanc. ‘This doesn’t mean that we don’t have to try again elsewhere’, he adds. ‘Playing a significant part in society’s organisation remains my goal.’4

CAC Brétigny
Centre d’art contemporain de Brétigny
Espace Jules Verne, Rue Henri Douard
91220 Brétigny s/Orge
France
00(33) 01 60 85 20 76
www.cacbretigny.com

La Galerie - Centre d’art contemporain
1 rue Jean-Jaurès
93130 Noisy-le-Sec
France
00 33 (0)1 49 42 67 17
www.noisylesec.fr

Mains d’Œuvres
1, rue Charles Garnier
93 400 Saint-Ouen
France
00 33 (0)1 40 11 25 25
www.mainsdoeuvres.org

Tram - Réseau art contemporain Paris/Ile-de-France
32 rue Yves Toudic
75010 Paris
00 33 (0)1 53 34 64 15
www.tram-idf.fr

1] Sennewald, Jens Emil, ‘Terrain Vague, la nécéssité des centres d’art en Île-de-France’, lacritique.org, 6 December 2007. http://www.lacritique.org/article-terrains-vagues, accessed 3 august 2009.

2] For the last twenty years, tram has gathered venues committed to the production and diffusion of contemporary art in Île-de-France. Today numbering 29, these venues testify of the richness and vitality of artistic creation in the area. Art centres, museums, art schools, artists collectives, private foundations, frac, these places develop high quality art projects in various and sometimes unexpected contexts. http://www.tram-idf.fr/article.php3?id_article=10, accessed 2 September 2009.

3] In 2004, the CAC Brétigny had only 3525 individual visitors, the Ferme du Buisson 4123, and the Centre d’Art Mira Phalaina – Maison Populaire, 4200. Etat des lieux des membres du réseau, photographie au 30 Juin 2005, tram network http://www.tram-idf.fr/IMG/pdf/etat_des_lieux.pdf, accessed 3 August 2009.

4] Lequeux, Emmanuelle, ‘Pierre Bal-Blanc’, Magazine no.44, April-May 2008, p.54.

IMAGE CREDITS

Lola Reboud, Parc Jean Moulin, La Noue, Montreuil, 2009.

Lola Reboud, La Noue, Montreuil, 2009.

Lola Reboud, Le Bus, Clignancourt, 2009.

Lola Reboud, Porte de Saint-Ouen, 2009.

Lola Reboud, La Noue, Montreuil, 2009.

This series of images by photographer Lola Reboud has been specially commissioned by Catalogue.

Français

Au-delà du périphérique

Art contemporain en région parisienne

Coline Milliard

Trop souvent ignorée des médias, une scène artistique pointue s’est développée en périphérie de Paris. L’équipe de Catalogue a tenté d’en savoir plus sur ces lieux moteurs du « nouveau dynamisme français ».1

Paris est un mirage. La ville où flânait Benjamin a depuis longtemps cessé d’exister. Derrière les majestueux boulevards haussmanniens se cache la réalité d’une agglomération de presque dix millions d’habitants répartis sur 396 communes; toutes sauf une sont regroupées sous l’appellation vague de «banlieue». Physiquement coupées de la capitale par le boulevard périphérique, ces villes, qui comptent plus de 80% de la population en région parisienne, contribuent de manière très significative au dynamisme de la scène artistique en Île-de-France. Des lieux d’expositions tels que le CAC à Brétigny sur Orge, la Ferme du Buisson à Noisiel, Mains d’Œuvres à Saint-Ouen, le Cneai à Chatou, ont proliféré dans les années 1990, et le réseau tram2 (qui relie aujourd’hui 29 centres d’art principalement situés à l’extérieur de Paris) leur a permis d’obtenir une certaine visibilité. Mais les chiffres montrent que le public, aussi bien parisien que local, a encore du mal à se les approprier.3

La bonne distance

«Ca m’agace quand les gens disent‘Mains d’Œuvres, c’est loin’, me confie Isabelle Le Normand, responsable des arts visuels à Mains d’Œuvres. Quand les gens vont voir la biennale d’Istanbul, ils ne se plaignent pas que c’est loin ! La notion même de distance est très relative…» La distance entre Paris et sa périphérie n’est souvent pas plus grande que celle qui sépare un quartier de Londres d’un autre, mais l’éloignement relatif des centres d’art «de banlieue» justifie en majeure partie la frilosité du public parisien. Pourtant, certains lieux sont particulièrement bien desservis par les transports en commun. La Galerie à Noisy-le-Sec est à seulement dix minutes de RER de la gare du Nord. «Les gens ne veulent pas dépasser le périphérique, explique Marianne Lanavère, directrice de La Galerie. Il y a des a priori du type: ‘La banlieue, c’est dangereux, ça craint’. Certains journalistes un peu prestigieux, on doit aller les chercher à Paris en taxi ! C’est pour cela qu'on a maintenu la navette entre Paris et Noisy-le-Sec les soirs de vernissage, pour casser cette barrière, mais sa fonction est uniquement psychologique.»

Dès son arrivée à La Galerie en 2005, Lanavère se demande comment le lieu peut faire sens pour un public à la fois local et international, spécialiste ou non, «comment s’adresser au voisin et au groupe de commissaires étrangers en visite à Paris.» Elle instaure alors un double programme de résidences: une pour commissaires étrangers et une autre plutôt axée sur les jeunes artistes français. Les expositions qu'elle organise font preuve d'une même diversité : «Dans les expositions de groupe, je veille toujours à ce qu’il y ait un équilibre entre les artistes connus et moins connus, français et étrangers. On produit la plupart des œuvres, même un professionnel a toujours quelque chose à découvrir ». La Galerie privilégie aussi l’accueil. Chaque samedi, un membre de l'équipe offre un thé à tous les visiteurs, une manière simple de transformer l'espace d'exposition en lieu convivial, propice à la discussion. Les démarches les plus modestes sont parfois les plus efficaces.

Au rythme de Saint-Ouen

Ancien centre sportif et social des usines Valeo, le profil pluridisciplinaire de Mains d’Œuvres ne saurait être plus différent. Mais comme à La Galerie, un programme de résidences permet aux artistes d’exploiter les ressources offertes par le lieu et la ville. « Dès le départ, Mains d’Œuvres a pour mission d'impliquer son quartier et ses habitants, rappelle Le Normand, je ne suis pas sûre qu’en étant à Paris, on aurait eu ce rapport de proximité-là.» Le lieu vit au rythme de Saint-Ouen, et le marché aux puces a fait du dimanche le jour le plus fréquenté de l’exposition. Pour profiter de ce dynamisme, Le Normand a même instauré un brunch dominical, invitant le public à prolonger sa visite. À Mains d’Œuvres, les finances réduites n'empêchent pas d’offrir un accompagnement de qualité aux artistes. «Quand il n'y a pas le budget, il y a toujours la main d’œuvre. On a des régisseurs. Je peux aider l’artiste à mettre en place son projet et à trouver d’autres partenaires». Le lieu mise sur l’humain et cela fonctionne. Le succès des six premières expositions de la nouvelle programmation de Le Normand lui a permis de gagner la confiance de financeurs, qui prennent maintenant en charge la production de certaines œuvres.

Résistances

Au Centre d’Art Contemporain de Brétigny-sur-Orge, situé sur un parking face au lycée polyvalent Jean Pierre Timbaud, les intentions curatoriales sont visibles à l’extérieur même du bâtiment. Le directeur Pierre Bal-Blanc a mis en place un programme de commandes d’œuvres publiques qui reconfigure peu à peu le lieu, chaque nouvelle pièce contribuant à une appropriation progressive de l'environnement urbain. Les deux containers et la citerne de l’Edutainer (2003), imaginés par l’Atelier van Lieshout, ne servent pas seulement de structure d’accueil dédiée aux scolaires, ils sont un signal visuel fort, presque de l’ordre de la revendication. L’Edutainer affirme tout à la fois les préoccupations éducatives du CAC et son engagement auprès des artistes. À l'entrée du centre d'art, la Table et deux bancs (2005) de Teresa Margolles s’inscrit aussi dans une démarche d’aménagement de l’espace tout en introduisant un élément perturbateur: un peu d'eau provenant de la morgue de Mexico a été mélangée au ciment du mobilier. Ce programme de commandes d’œuvres permanentes ou semi-permanentes permet de construire un autre rapport à l’œuvre et à l’idée de monstration, inscrit dans la durée et non pas dans l’éphémère d’une exposition. Il en résulte une archive immédiatement accessible, comme si l’histoire du CAC pouvait s’embrasser en un coup d’œil.

Cela ne s’est pas toujours passé sans heurts. En 2007, la communauté d’agglomération du Val d’Orge exige que le grand couloir de béton Projection, effet écran (2004) réalisé par David Lamelas soit détruit. S’ensuit un véritable rapport de forces entre le CAC et les dirigeants politiques locaux: «On a empêché deux fois la destruction du corridor en se mettant dedans et en essayant de discuter avec les élus» se souvient Delphine Goutes. Mais les politiques finissent par l’emporter. «Nous avons essayé d’inscrire le travail des artistes dans la société et son fonctionnement, et à cet égard, on ne peut que constater un échec, une résistance, reconnait Pierre Bal-Blanc. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas recommencer ailleurs. Arriver à s’inscrire dans l’organisation d’une société, cela reste pour moi le but».4

CAC Brétigny
Centre d’art contemporain de Brétigny
Espace Jules Verne, Rue Henri Douard
91220 Brétigny s/Orge
France
00(33) 01 60 85 20 76
www.cacbretigny.com

La Galerie - Centre d’art contemporain
1 rue Jean-Jaurès
93130 Noisy-le-Sec
France
00 33 (0)1 49 42 67 17
www.noisylesec.fr

Mains d’Œuvres
1, rue Charles Garnier
93 400 Saint-Ouen
France
00 33 (0)1 40 11 25 25
www.mainsdoeuvres.org

Tram - Réseau art contemporain Paris/Ile-de-France
32 rue Yves Toudic
75010 Paris
00 33 (0)1 53 34 64 15
www.tram-idf.fr

1] Sennewald, Jens Emil, « Terrain Vague: La nécessité des centres d’art en Île-de-France », lacritique.org, 6 Décembre 2007. http://www.lacritique.org/article-terrains-vagues consulté le 3 août 2009.

2] tram est une association fédérant depuis 20 ans des lieux engagés dans la production et la diffusion de l’art contemporain en Ile-de-France. Aujourd’hui au nombre de 29, ils témoignent de la vitalité et de la richesse de la création artistique sur le territoire francilien. Centres d’arts, musées, écoles d’arts, collectifs d’artistes, fondation, frac, ces lieux développent des projets artistiques de qualité dans des contextes parfois inattendus. Ils mènent des actions complémentaires de production, de diffusion, de collection, d’enseignement, de médiation, d’édition, de pratiques amateurs, etc. Source : http://www.tram-idf.fr/article.php3?id_article=10 consulté le 28 août 2009.

3] En 2004, le public individuel du CAC Brétigny s’élevait seulement à 3525 visiteurs, celui de la Ferme du Buisson à 4123, le Centre d’Art Mira Phalaina – Maison Populaire à 4200. Etat des lieux des membres du réseau, photographie au 30 Juin 2005, publié par le réseau tram http://www.tram-idf.fr/IMG/pdf/etat_des_lieux.pdf, consulté 3 Août 2009.

4] Lequeux, Emmanuelle, « Pierre Bal-Blanc », Magazine no.44, Avril-Mai 2008, p.54.

IMAGE CREDITS

Lola Reboud, Parc Jean Moulin, La Noue, Montreuil, 2009.

Lola Reboud, La Noue, Montreuil, 2009.

Lola Reboud, Le Bus, Clignancourt, 2009.

Lola Reboud, Porte de Saint-Ouen, 2009.

Lola Reboud, La Noue, Montreuil, 2009.

Cette série d’images est une commande de Catalogue à la photographe Lola Reboud.

 
advertisement advertisement advertisement